Le 3 juillet 2018 – La Ville de Beaconsfield instaure de nouvelles règles l’an prochain concernant l’usage des souffleurs à feuilles électriques et à essence en raison des risques qu’ils posent pour la santé humaine et animale ainsi que la pollution de l’air et la nuisance sonore qu’ils causent.

« Cette nouvelle réglementation  vise à préserver la santé et à soutenir nos efforts en matière de développement durable afin d'assurer la qualité de vie, de protéger la faune et la flore ainsi que réduire la pollution de l'air et de bruit causée par l'usage des souffleurs à feuilles durant l'été », explique le maire Georges Bourelle, au nom du conseil municipal.

L'encadrement de l'usage des souffleurs à feuilles est réalisé à l'instar de toutes les autres actions prises par la Ville, au cours des dernières années, pour préserver la santé publique et favoriser l'atteinte des cibles environnementales fixées par les gouvernements du Canada et du Québec. Cela fait référence, notamment, aux bonifications apportées à la gestion des collectes, à l'encadrement de l'utilisation de l'eau potable, à la protection du bois Angell, aux restrictions sur les émissions polluantes du chauffage au bois, à l'installation de bornes et à l'acquisition de véhicules électriques, au développement du réseau de pistes cyclables, à la promotion du transport actif et à la densification urbaine.

La nouvelle réglementation permettra l'usage des souffleurs à feuilles du 1er octobre au 31 mai. En balisant leur usage, la Ville de Beaconsfield limite les risques à la santé et les problèmes de pollution les plus importants qu'ils posent, tout en permettant leur utilisation pour le nettoyage printanier et le ramassage des feuilles mortes à l'automne.

Les deux types de souffleurs (électriques et à essence) engendrent des niveaux de décibels bien supérieurs aux limites recommandées (55 décibels) par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Département de santé publique de Montréal (DSP). Les souffleurs à feuilles électriques génèrent en moyenne 80 décibels et ceux à essence, jusqu'à 115 décibels. À 15 mètres (49 pieds) d'un souffleur en usage, les niveaux varient de 62 à 75 décibels.

Leur soufflerie projette l'air à des vitesses variant de 240 à 450 kilomètres à l'heure. Ces jets d'air puissants et concentrés propulsent des particules jusqu'à dix fois plus fines que les seuils de 2,5 micromètres établis par l'OMS à partir desquels elles provoquent des maladies cardiovasculaires, respiratoires et des cancers. Ces particules ultrafines sont composées de matières fécales, de pollens, de spores de moisissures et de substances chimiques diverses (insecticides, herbicides, fertilisants, etc.).

Des essais en laboratoire ont de plus démontré que les souffleurs à essence de deux et quatre temps rejettent de fortes émissions polluantes dans l'air, de 6,8 à 300 fois plus, selon les polluants considérés, qu'un moteur de camionnette de 8 cylindres. Ces conclusions démontrent qu'utiliser un souffleur à feuilles durant 30 minutes équivaut aux émissions polluantes produites par une camionnette grand format roulant 6255 kilomètres (3887 milles) dans des conditions d'usage normal.

Selon l'OMS et la DSP, la pollution atmosphérique est responsable chaque année de la mort prématurée de 4,2 millions de personnes à travers le monde et de 1500 personnes à Montréal.

« La mission de la Ville, dont nous sommes tous fiers, et son plan de développement durable, permettent de veiller à la santé et la sécurité des citoyens de Beaconsfield pour les générations actuelles et futures », conclut le maire Georges Bourelle.

 


Bureau du Maire, 514 428.4410