« Montréal équilibre son budget en surtaxant les citoyens des villes liées! »

- Le maire Georges Bourelle

 

Le 29 novembre 2019 – Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, dénonce le fait que Montréal surtaxe encore de 150 millions de dollars par année les 250 000 citoyens des 15 villes liées… pour équilibrer son budget!
 
« Chez nous à Beaconsfield, cela représente une surtaxe de 12 millions de dollars par an. C’est l’équivalent de 600 $ par personne. Pour une propriété où vit un couple, ce sont 1 200 $ de surtaxes versées à Montréal pour aucun service supplémentaire dans notre Ville. Pour un couple avec deux enfants à la maison, cela représente 2 400 $ de surtaxes que Montréal vient chercher dans nos poches pour équilibrer ses dépenses. C’est totalement inacceptable! », dénonce le maire de Beaconsfield.
 
M. Bourelle sait d’autant plus de quoi il retourne puisqu’il est vice-président de la Commission sur les finances et l’administration de l’Agglomération de Montréal. 
 
« Depuis que je suis maire, nous tentons par toutes sortes de moyens de faire comprendre à l’administration de Montréal que cette situation est injuste et, encore pire, s’aggrave au détriment de nos résidents chaque année. Montréal fait la sourde oreille pour la simple et bonne raison qu’elle en profite! », déplore-t-il.
 
Pour M. Bourelle, il faut que cesse cette injustice grave que Montréal camoufle dans des formules mathématiques compliquées qui contreviennent à toutes les règles de justice et d’équité sociale et financière en matière de gestion de fonds publics. 
 
« La ministre des Affaires municipales et de l’habitation, Andrée Laforest, a d’ailleurs invité Montréal et les villes à trouver une nouvelle formule équitable pour rétablir l’équité à laquelle tous les contribuables de l’île de Montréal sont en droit de s’attendre », rappelle M. Bourelle.
 
La ministre a fixé une échéance en août 2020. « Il faut que Montréal cesse de faire une obstruction systématique au rétablissement d’un partage équitable et juste des coûts des services de l’Agglomération pour les gens des villes liées, dont Beaconsfield fait partie », conclut M. Bourelle.
 
Le système administratif en place à l’Agglomération permet à la Ville de Montréal d’imposer toutes ses décisions financières et ses choix politiques aux 15 villes liées, sans qu’elles ne puissent en changer quoi que ce soit.