Beaconsfield parmi vingt-cinq municipalités canadiennes qui ont terminé avec succès un projet pilote intensif dans le cadre de la plus importante initiative mondiale sur le climat.

 
Le 4 février 2021 – En août 2019, la Ville de Beaconsfield a été une des vingt-cinq municipalités sélectionnées pour faire partie de la première cohorte du projet Villes-vitrines dirigé par la Convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie (CMMC) au Canada. En tant que participante, la municipalité a bénéficié d’un accompagnement intensif pour aider à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) et à s’adapter aux changements climatiques.
 
Au cours de la dernière année, Beaconsfield a bénéficié des services de formation et de soutien technique ciblés à ses besoins ainsi qu’à des outils et des ressources. Grâce à ce soutien, la Ville a mis en œuvre trois plans d'action du projet i3P qui consiste à renforcer la résilience de notre communauté face aux impacts des changements climatiques. Ces trois plans sont : le Plan de réduction des émissions de GES, le Plan énergétique communautaire et le Plan d'adaptation au climat.
 
« Nous sommes fiers de cette initiative unique qui nous a permis d'identifier les priorités locales pour lutter contre les changements climatiques; de projets innovants visant à réduire les émissions de GES jusqu'aux initiatives qui protègent notre communauté contre les phénomènes météorologiques extrêmes. Ce fut un défi de taille que notre administration a relevé avec brio », a déclaré le maire Georges Bourelle.
 
Avec l'aide de l'ICLEI, de la FCM et des autres municipalités participantes, Beaconsfield a obtenu l'insigne pour l'inventaire des émissions de GES, ainsi que l'insigne pour l'évaluation de la vulnérabilité et des risques liés au climat, décernés par le programme mondial du GCoM.
 
Grâce à sa participation au projet pilote, la Ville de Beaconsfield a été reconnue au niveau national et international en tant que leader en action climatique local. Cela jette les bases pour davantage de succès alors que les municipalités s’attaquent aux changements climatiques et se concentrent sur une relance verte.
 
La Convention mondiale des maires au Canada est une collaboration entre la FCM, l’ICLEI- Gouvernements locaux pour la durabilité, le secrétariat de la Convention mondiale des maires et le projet Coopération urbaine internationale, appuyé financièrement par l’Union européenne. 
 
L’initiative combine deux grands programmes nationaux pour le climat, Partenaires dans la protection du climat (PPC) et Bâtir des collectivités adaptées et résilientes (BARC), avec le principal programme mondial sur le climat. La CMM au Canada met à l’essai cette approche, qui s’appuie sur plus de 25 années d’expérience de la FCM et d’ICLEI dans l’exécution de programmes sur les changements climatiques au Canada.
 
 
À propos des partenaires de la Convention mondiale des maires au Canada
 
La Fédération canadienne des municipalités est la voix nationale des gouvernements municipaux. Elle compte près de 2 000 membres, représentant plus de 90 % de la population canadienne.
 
ICLEI- Gouvernements locaux pour la durabilité est une association internationale de gouvernements locaux engagés en faveur de la durabilité. Les bureaux canadiens travaillent avec les gouvernements locaux à travers le pays pour les aider à atteindre leurs objectifs de durabilité. 
 
Le programme Coopération urbaine internationale (CUI) s’inscrit dans une stratégie à long terme de l’Union européenne pour promouvoir le développement urbain durable en coopération avec les secteurs public et privé.
 
La Convention mondiale des maires pour le climat et l’énergie (CMM) est la plus importante alliance mondiale pour un leadership climatique, réunissant près de 10 000 villes et administrations locales. D’ici 2030, les villes et administrations locales membres de la CMM pourraient réduire collectivement les émissions de CO2 de 1,3 milliard de tonnes par an, ce qui équivaut au retrait de 276 millions de voitures de la circulation.