EAB brochure cover frTraitement préventif à prix préférentiel


Avantages du traitement :

  • Plus économique que l'abattage
  • Écoresponsable

Services et démarches
Effectuez votre demande de traitement préventif avant le lundi 10 août.
Les traitements doivent être complétés avant le 31 août.

Téléchargez le formulaire d'autorisation d'accès et d'exonération de responsabilité (PDF)

 

  

Formulaire en ligne

 

 

Consultez l’article 5.16.9 du Règlement 720 ci-après qui édicte des normes visant à limiter et contrôler la propagation de l'agrile du frêne sur l'ensemble du territoire de la Ville de Beaconsfield :

5.16.9 Mesures d’exception concernant les frênes

Aucun frêne ne peut être émondé élagué ou abattu pendant la période prévue du 31 mai au 1er septembre, à l’exception d’un arbre dangereux ou localisé dans l’aire de construction d’une nouvelle habitation ou d’un agrandissement d’une habitation seulement.

Malgré ce qui précède et nonobstant l’article 3.2.1 du Règlement sur les permis et certificats et sous réserve de l’application du présent article, un frêne possédant un tronc d’un diamètre inférieur à 15 centimètres mesuré à 1,5 mètre du sol peut être abattu sans certificat d’autorisation.

Sous réserve de l’application de l’article 5.16.4, toute demande d’abattage d’arbre visant un frêne devra respecter les conditions suivantes :

  1. Tout arbre infesté par l’agrile du frêne doit être signalé par l’inspecteur et celui-ci l’identifie de façon visible à l’aide du sigle « A ».
  2. Afin de permettre l’identification de l’infestation, le propriétaire d’un frêne doit mettre à la disposition de l’inspecteur de la Ville, sur les lieux de l’abattage, au moins 2 sections de branches ayant une longueur minimale de 75 cm, un diamètre supérieur à 5 cm et inférieur à 7 cm, localisées dans la partie supérieure de la cime et du côté exposé au Sud-Ouest de l’arbre. L’inspecteur doit procéder à l’écorçage des branches mises à sa disposition ou de toute autre branche qu’il juge nécessaire afin de déterminer la présence d’une infestation.
  3. Tout frêne localisé à l’intérieur d’un rayon de 100 mètres d’un frêne infesté par l’agrile du frêne est automatiquement placé en quarantaine à l’intérieur d’une zone tracée à partir d’un rayon dont le point central est l’arbre infesté.
  4. La Ville transmet dans les meilleurs délais à chaque propriétaire ou occupant d’un terrain situé à l’intérieur de la zone de quarantaine un avis à l’effet que tout frêne situé sur leur terrain est assujetti au présent règlement.
  5. Tout frêne situé dans la zone de quarantaine doit être abattu ou traité au moyen d’un produit approuvé ou homologué par une agence du gouvernement du Canada et appliqué conformément aux directives du fabricant et ce, à l’intérieur d’un délai de 60 jours suivant l’émission de l’avis de quarantaine par la Ville.
    1. Dans le cas d’un abattage, le délai de 60 jours peut être prorogé jusqu’au 30 octobre de l’année en cours dans l’éventualité où l’avis est transmis en période d’interdiction de coupe. Le propriétaire de l’arbre doit divulguer le nom, l’adresse et le numéro de téléphone de l’entrepreneur qui procèdera à l’abattage.
    2. Dans le cas d’un traitement par un produit approuvé ou homologué par une agence du gouvernement du Canada, le propriétaire doit fournir à la Ville une preuve de traitement du frêne placé en quarantaine. Cette preuve de traitement doit être fournie à la Ville au plus tard à l’expiration d’un délai de 15 jours suivant le traitement. Advenant la nécessité de répéter le traitement, la preuve du renouvellement du traitement doit être fournie à la Ville dans les 15 jours de ce dernier;
  6.  Il est interdit d’entreposer le bois de frêne à l’intérieur des limites du territoire de la Ville sauf à des fins de bois de chauffage. À cet effet, la propriété doit posséder un poêle à combustible solide ou un foyer conforme à la règlementation en vigueur.
  7. Il est interdit de faire pousser, de cultiver ou de produire un frêne à partir de semences, par repiquage ou d'une autre façon. Il est également interdit à quiconque qui a la possession, la gestion ou le contrôle d'un terrain situé dans une zone de quarantaine de laisser pousser un frêne sur celui-ci, que ce soit à partir de semences, de germes ou de pousses, sans procéder conformément à ce qui précède.
  8. Dans le cas d’une propriété ayant un ou plusieurs frênes, le propriétaire pourra abattre un maximum de 4 frênes par année. Dans le cas d’une propriété ayant plusieurs frênes, l’abattage d’au plus un quart des frênes sur la propriété sera autorisé par année. Les dispositions en matière d’émission de certificats s’appliquent et le remplacement de chaque arbre abattu est obligatoire.
  9. Tout frêne abattu (infesté ou non) doit être remplacé par un arbre autre qu’un frêne. L’arbre remplacé doit avoir une hauteur minimale de 1,5 mètre du sol. La présente disposition ne s’applique pas aux arbres ayant un diamètre de moins de 15 cm mesuré à une hauteur de 1,5 mètre du sol.
  10. Aucune disposition des matériaux suivants ne sera acceptée par la Ville pendant la période d’interdiction de coupe :
    1. Le bois de chauffage;
    2. Les arbres;
    3. Les matériaux de pépinière;
    4. Les billes de bois;
    5. Les emballages de bois, palettes et le bois de calage;
    6. Le bois, l’écorce ou les résidus de bois provenant d’opération de déchiquetage de toute espèce d’arbres. »
  11. Tout frêne mort doit être abattu dans les six 6 mois suivant son décès.

 

Consultez toutes les dispositions du Règlement de zonage 720.

 


Traiter les frênes pour les sauver

Frnes

Tous les frênes sont menacés. La solution la plus économique est de les traiter, sinon ils doivent être abattus (Demande de permis obligatoire en ligne disponible).

Une action concertée des citoyens avec la Ville sera gagnante pour :

  • Assurer la valeur des propriétés : les arbres constituent une plus-value qui représente jusqu'à 18 % de la valeur de votre propriété
  • Préserver la forêt urbaine
  • Sauvegarder la canopée
  • Protéger la qualité de l'air
  • Limiter les eaux de ruissellement et les refoulements
  • Réduire les frais de chauffage et de climatisation

Si vous avez des questions à ce sujet, n'hésitez pas à nous écrire à agrile-eab@beaconsfield.ca

 

 


STRATÉGIE DE LUTTE CONTRE L'AGRILE DU FRÊNE - BILAN 2018 (Mars 2019)

Cliquez ici pour consulter le Bilan 2018

 


Une sommité mondiale en écologie forestière souligne l'excellence de notre programme

Une sommité mondiale indépendante en écologie forestière, le docteur Daniel Kneeshaw, considère que les stratégies proactives de la Ville de Beaconsfield pour lutter contre l'agrile du frêne sont excellentes et méritent d'être soulignées.

Selon ce spécialiste, le plan de Beaconsfield prouve un souci pour la protection de l'environnement. Il précise que la double stratégie d'utiliser un biopesticide pour traiter les grands arbres et, en même temps, de procéder à l'abattage des petits frênes et les remplacer par des espèces variées est garante d'avenir pour la forêt urbaine à Beaconsfield, le maintien de notre milieu de vie et de la valeur de nos propriétés.

Ce message d'appui du docteur en écologie forestière et professeur au Département des sciences biologiques de l'Université du Québec à Montréal (UQÀM) est d'autant plus important que ce chercheur universitaire est un expert reconnu en écologie et en sylviculture de la forêt mixte. Ses travaux de recherches portent sur la gestion durable des forêts, la dynamique de la forêt après perturbations, la mortalité des arbres et les effets des changements climatiques sur la dynamique forestière.

M. Kneeshaw a évalué la stratégie d'intervention de la Ville de Beaconsfield pour contrer l'infestation par l'agrile du frêne dans la perspective où ce phénomène inquiète à l'échelle de l'Amérique du Nord : presque 100 millions de frênes sont morts infestés par l'agrile depuis une dizaine d'années.

Le docteur trouve d'autant plus méritoire la stratégie de Beaconsfield que, mentionne-t-il, trop souvent les administrations publiques adoptent des stratégies réactives contre les problèmes environnementaux. « À cet égard, le plan proactif ambitieux de l'administration de Beaconsfield mérite une reconnaissance », prend-il soin de préciser.

L'expert rappelle que les arbres urbains fournissent de nombreux services qui sont importants pour le bien-être des citoyens. Il fait référence à la réduction de l'eau d'écoulement après les intempéries, la réduction de la chaleur, l'amélioration de la qualité d'air, l'augmentation de la valeur des maisons, etc. Remplacer tous ces bénéfices coûterait des millions de dollars. Il ajoute qu'une récente étude aux États-Unis a montré que la perte massive d'arbres causée par l'agrile du frêne a mené à une mortalité précoce chez les personnes vulnérables.

« En plus de tous les autres services qu'assurent les arbres, ce dernier fait sur la vie des gens témoigne de l'urgence à agir pour maintenir la canopée urbaine », relève le chercheur.

Le docteur Kneeshaw souligne « l'excellence » de la stratégie de la Ville de Beaconsfield, car elle se base sur une double approche, celle de remplacer les petits arbres et la protection des grands. Il explique que les petits arbres contribuent très peu à la canopée forestière tandis que les grands y contribuent beaucoup, tout en offrant beaucoup de services.

Biopesticide : le choix approprié

Le professeur du Département des sciences biologiques de l'UQÀM considère que la décision d'utiliser un biopesticide représente un choix pour maintenir les services et le bien-être des citoyens.

« Ce biopesticide ne tue pas les agriles directement, mais nuit au développement de l'insecte, car les larves ont de la difficulté à muer, ce qui empêche l'agrile de se reproduire. Le mode d'action du biopesticide est spécifique aux insectes dans l'arbre injecté et puisque les frênes sont pollinisés par le vent, peu d'effets sont attendus sur les insectes attaquant d'autres arbres », explique le chercheur universitaire et sommité en écologie et en sylviculture.

Il ajoute que le biopesticide choisi est homologué par l'Organic Materials Review Institute pour utilisation en culture biologique.

Daniel Kneeshaw est aussi heureux de l'aide apportée à tous les propriétaires par la Ville grâce à l'obtention de prix avantageux pour les traitements. Cela encouragera la participation, c'est d'autant plus nécessaire que la plupart des frênes à Beaconsfield sont sur des terrains privées.

Le chercheur universitaire souligne aussi la nécessité de diversifier la forêt urbaine pour améliorer sa résilience, au même titre qu'un portefeuille diversifié protège un investisseur contre les incertitudes des marchés financiers.

« Présentement, l'agrile du frêne représente la principale menace, mais d'autres espèces envahissantes pourraient éventuellement apparaître, comme dans le passé des milliers d'ormes sont morts par la maladie hollandaise de l'orme. La diversification des espèces d'arbres est un élément clé d'une stratégie pour une forêt urbaine résiliente et en santé », conclut l'expert.

Ces observations d'une sommité en la matière sont d'autant plus importantes qu'elles confirment la justesse et le bien-fondé des actions de préservation de notre environnement et de notre qualité de vie.

Consultez la lettre de docteur Daniel Kneeshaw (PDF)

Cadre réglementaire pour les frênes en milieu boisé (Communauté métropolitaine de Montréal)

Cadre réglementaire – complément à la réglementation type (Communauté métropolitaine de Montréal - PDF)

Calendrier périodes critiques (Communauté métropolitaine de Montréal - PDF)

Consultez la résolution 2014-12-1021 (PDF)


Programme d'identification des frênes sur les terrains privés

Dans le cadre de son plan d'intervention pour lutter contre l'agrile du frêne, la Ville de Beaconsfield a procédé à la vérification des frênes sur les terrains privés durant l'été 2014.

Des étudiants embauchés par la Ville ont visité les propriétés privées afin d'effectuer l'inventaire des frênes sur le territoire. Cet inventaire permettra de mieux connaître et prévoir l'étendue des dommages potentiels par cet insecte ravageur.

Comme citoyen, vous pouvez nous aider à prévenir une infestation :

  • Afin de protéger vos frênes en santé, visitez le site du fabricant du biopesticide TreeAzin à bioforest.ca pour obtenir la liste de fournisseurs accrédités pour l'application;
  • Pour une évaluation de la santé de vos frênes, visitez le site de la Société internationale d'arboriculture à siaq.org pour trouver des consultants en arboriculture.
  • Ne déplacez pas du bois de frêne, du bois de chauffage, des billes, des branches, du matériel de pépinière, des copeaux ou tout autre type de bois de frêne.

1. Qu'est-ce que l'agrile du frêne?

L'agrile du frêne est un insecte envahissant extrêmement destructeur qui s'attaque à toutes les essences de frêne et qui les tue généralement en 2-3 ans. Il a une couleur vert métallique et mesure de 1 à 1,5 cm de longueur. Sa présence dans la région de Montréal a été confirmée à l'été 2008. L'agrile du frêne a déjà causé la mort d'un grand nombre de frênes en Amérique du Nord et constitue une menace importante pour l'économie et l'environnement des régions urbaines et forestières du Canada et des États-Unis.

eab finger

2. Où réside-t-il?

Les larves s'enfoncent dans l'écorce en créant des galeries et s'alimentent dans l'écorce interne. En creusant ces galeries, les larves bloquent la circulation de l'eau et des éléments nutritifs et causent la mort du
frêne.
 
 
 

 

3. Comment se propage-t-il?

eab bark
Cette espèce envahissante, introduite en Amérique du Nord dans des matériaux d'emballage en bois en provenance de Chine, se trouve présentement dans certaines régions de l'Ontario et du Québec de même que dans 15 états américains. Il se propage en se déplaçant d'arbres en arbres qui sont relativement près les uns des autres, mais s'il se trouve dans du bois de chauffage transporté d'une région à une autre, il se déplacera avec ce bois et contaminera une nouvelle région.
 
 
 
 

ash tree4. Comment puis-je savoir s'il y a un frêne sur ma propriété?

 
On trouve très souvent les frênes dans les rues, les parcs et les forêts de la région de Montréal. Ils sont en général des arbres de grande taille qui peuvent atteindre jusqu'à 30 mètres de hauteur.

Les branches et les feuilles poussent en sens opposé. Là où une feuille pousse d'un côté de la tige, une autre feuille pousse exactement de l'autre côté de cette même tige.

 

 

 

ash leafash leaves

Les feuilles ont généralement une longueur de 5 à 15 cm et sont composées de 5 à 11 folioles aux bords entiers ou dentés.Ressemblant à de petites rames et souvent ratatinées, les semences du frêne restent suspendues en grappes dans l'arbre jusqu'à la fin de l'automne ou au début de l'hiver.

L'écorce des jeunes arbres est lisse et gris pâle, tandis que celle des arbres mûrs est lézardée en forme de losange.

eab young ash   eab old ash

5. Quels sont les signes de la présence de l'agrile du frêne?

Les branches supérieures des frênes sont habituellement les premières à dépérir. En fait, un arbre peut perdre la moitié de ses branches en une seule année. Après s'être nourrie du bois, la larve devient un coléoptère adulte qui creuse un tunnel pour sortir de l'arbre.eab barkGaleries en forme de «S» et trous en forme de «D» de 3,5 à 4 mm causés par les coléoptères adultes (Photo : gracieuseté de Troy Kimoto, ACIA).

Soyez donc attentif aux signes suivants :

  • Perte de feuilles et branches mortes dans le haut du frêne
  • Cime anormalement dégarnie
  • Pousses de branches et de feuilles dans la partie inférieure du tronc, où il n'y en avait pas auparavant
  • Prolifération de gourmands sur le tronc ou les branches
  • Activité anormalement élevée des pics
  • Signes évidents que l'insecte adulte se nourrit des feuilles
  • Fentes dans l'écorce, galeries en forme de « S » sous l'écorce remplies de fine sciure
  • Trous de sortie en forme de « D »
  • Trous de 3,5 à 4 mm causés par les coléoptères adultes

6. Que puis-je faire pour prévenir une infestation?

 
Le neem, ou margousier, est un arbre qui produit des composés organiques utilisés en Inde depuis des siècles pour protéger les cultures contre les insectes ravageurs. Ce feuillu tropical à feuillage persistant sert maintenant à combattre l'agrile du frêne.

En collaboration avec BioForest Technologies Inc., des scientifiques de Ressources naturelles Canada ont mis au point et commercialisé TreeAzinMC, un insecticide végétal à base d'extraits de graines de neem.

L'insecticide TreeAzinMC a été mis au point expressément pour combattre les insectes envahissants qui rongent le bois et le produit est particulièrement efficace contre des ravageurs envahissants comme l'agrile du frêne lorsque les arbres sont légèrement infestés.

7. Qu'est-ce que le TreeAzinMC?

Récemment homologué pour utilisation partout au Canada, le TreeAzin MC sert à traiter des arbres urbains aux premiers stades d'infestation.

Contenant de l'azadirachtine, une substance naturelle provenant de graines de neem, le TreeAzinMC interrompt la mue des larves d'insectes sous l'écorce des arbres. L'insecticide réduit considérablement la croissance, le développement et l'alimentation des larves, ainsi que la viabilité des œufs issus d'adultes qui se nourrissent du feuillage d'arbres traités.tree azin nrcL’insecticide TreeAzin est injecté dans un frêne pour le protéger contre l’agrile. (Photo : Ressources naturelles Canada)

Des chercheurs de Ressources naturelles Canada au Centre de foresterie des Grands Lacs et de BioForest Technologies ont mis au point le dispositif d'injection du TreeAzinMC. Il s'agit de cartouches pressurisées que l'on fixe à l'arbre comme un système de perfusion intraveineuse. Les cartouches libèrent l'insecticide sous l'écorce, directement dans les tissus conducteurs de l'arbre. Une fois injecté, l'insecticide monte avec le flux d'eau et de nutriments dans l'arbre.

Puisqu'on injecte le TreeAzinMC directement dans l'arbre, on évite ainsi que les humains ou d'autres organismes y soient exposés. De plus, comme des essais ont montré que l'azadirachtine est généralement très peu toxique pour les mammifères, les oiseaux et d'autres organismes non ciblés, son utilisation convient d'autant plus en milieu urbain et dans les zones écosensibles.

Pour en savoir plus sur le TreeAzinMC, veuillez consulter le site Web du fabricant: bioforest.ca

Aucune entreprise n'a été mandatée par la Ville pour faire de la sollicitation porte-à-porte.

Consultez le document de Santé Canada (PDF)

8. Le TreeAzinMC est-il une solution permanente?

Le TreeAzinMC peut contrôler très efficacement l'infestation de l'agrile du frêne, mais il doit être appliqué entre le mois de mai et la fin du mois d'août. Le TreeAzinMC ne garantit pas la survie de l'arbre et doit être appliqué tous les deux ans, selon l'état de santé de l'arbre et les populations d'agrile du frêne au moment de l'injection.

Les chercheurs sont confiants qu'il continuera de permettre de protéger efficacement des arbres de haute valeur en attendant la mise au point d'autres méthodes de lutte contre l'agrile du frêne.

9. Que puis-je faire pour limiter la propagation de cet insecte si je vois des signes d'infestation?

  • Renseignez-vous sur l'origine et le type de votre bois de chauffage. Achetez et brûlez uniquement du bois de chauffage local.
  • Ne déplacez pas de bois de frêne, du bois de chauffage, des billes, des branches, du matériel de pépinière, des copeaux ou tout autre type de bois de frêne à l'extérieur de l'île de Montréal.
  • Ne déposez pas les branches d'arbre (toutes les essences d'arbre) aux ordures. Afin de respecter l'arrêté ministériel sur l'agrile du frêne, la Ville de Beaconsfield ne ramassera plus les branches (toutes les essences d'arbre) et les résidus verts avec la collecte régulière des ordures.

10. Qui dois-je appeler si je vois cet insecte sur un arbre?

  • Arbre sur le domaine public : appelez le service des Travaux publics en composant le 514 428-4500.
  • Arbre sur un terrain privé : appelez le service de l'Aménagement urbain en composant le 514 428-4430.

11. Que dois-je savoir si je veux faire abattre mon frêne?

Toute demande d’abattage pour un arbre de type frêne est disponible en ligne sans frais. CLIQUEZ ICI

Toutes les demandes d'abattage d'arbre seront étudiées de la façon suivante :

  • Suite au dépôt d'une demande d'abattage, l'inspecteur de la Ville fera une inspection visuelle. S'il s'agit d'un frêne, le propriétaire devra, à ses frais, engager un émondeur qui devra mettre à la disposition de l'inspecteur deux branches de 5 à 7 cm de diamètre et d'une longueur d'au moins 75 cm, situées au milieu de la cime.
  • Si l'inspecteur constate une infestation, l'arbre ne pourra être abattu qu'entre le 1er octobre et le 15 mars suivant. L'inspecteur de la Ville marquera l'arbre de la lettre « A ».
  • Dans le cas d'un frêne, le propriétaire doit obligatoirement divulguer à la Ville le nom et l'adresse de l'entrepreneur qui fera la coupe de l'arbre.
  • Les branches et le tronc de l'arbre infesté sont de l'entière responsabilité de son propriétaire. Leur disposition doit se faire en conformité avec l'arrêté ministériel, soit :
    • Le déplacement du bois entre le 1er octobre et le 15 mars est autorisé.
    • Le déchiquetage du bois est autorisé à la condition que les copeaux produits aient une taille n'excédant pas 2,5 cm par 2,5 cm de surface maximum et ce, sur au moins deux faces.
    • Tout frêne abattu doit obligatoirement être remplacé par un arbre d’une hauteur minimale de 1,5 mètres.
  • La Ville, via le service des Travaux publics, n'acceptera plus, entre le 1er avril et le 30 septembre de chaque année :
    • le bois de chauffage
    • les arbres (sauf les branches d'un diamètre de moins de 15 cm)
    • le matériel de pépinière
    • les billes
    • le bois d'œuvre
    • les emballages de bois, les palettes et le bois de calage
    • le bois ou l'écorce ou les copeaux de bois de toute essence d'arbre