Qualité de l'air

airqualityChaque jour, une personne inhale en moyenne 20,000 litres d’air.  Les activités humaines libèrent  des substances dans l’air et plusieurs de celles-ci sont nocives autant à l’humain qu’aux plantes et aux animaux.  Cette pollution atmosphérique prend la forme de gaz et de particules.  Ces gaz, tels que le dioxyde de souffre, le monoxyde de carbone et l’oxyde d’azote sont surtout dus à la combustion des carburants fossiles et aux vapeurs chimiques émanant des produits que nous fabriquons. Les gaz d’échappement provenant des voitures, des maisons (incluant les foyers) et des industries sont aussi une source majeure de particules.

L’air est également vital pour maintenir et faire circuler la chaleur autour de la terre.  Les activités humaines produisent des gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone et le méthane, qui emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère.  Ce surplus de chaleur perturbe plusieurs écosystèmes et altère le mouvement thermique normal dans l’atmosphère.  Ce phénomène est responsable des températures extrêmes et irrégulières que nous connaissons depuis plusieurs années.

Dans cette section, vous trouverez des renseignements sur la façon de réduire la pollution causée par nos activités de tous les jours.

Borne 1La Ville de Beaconsfield est maintenant équipée de deux premières bornes de recharge à 240 volts dans le stationnement du parc Christmas sur le boulevard Beaconsfield grâce à un partenariat avec le Circuit électrique. Des espaces clairement identifiés sont strictement réservés aux détenteurs de voitures électriques.
 
« Nous sommes fiers de contribuer à accroître le réseau d'infrastructure de recharge pour les véhicules électriques et ainsi faciliter l'adoption de ce type de transport. C’est aussi une occasion d’inviter une nouvelle clientèle sur notre territoire susceptible d’utiliser les autres services de proximité, tels que la pharmacie, la quincaillerie ou les restaurants », a souligné le maire Georges Bourelle. 
 
Tous les véhicules électriques rechargeables en vente au Québec sont dotés d’un socle de connecteur compatible avec les bornes de recharge à 240 volts. La recharge aux bornes dans le parc Christmas est offerte à 1 $ l’heure et facturée à la minute. Ainsi, si un véhicule reste branché sur une borne pendant trois heures malgré que sa batterie soit complètement rechargée après seulement une heure, la recharge du véhicule coûtera 3 $.
 

Borne 2À propos du Circuit électrique
Le Circuit électrique est le plus important réseau de recharge public du Québec. Il demeure une initiative majeure dans le déploiement de l’infrastructure nécessaire pour soutenir l’arrivée des véhicules électriques rechargeables au Québec. Le réseau compte plus de 745 bornes de recharge publiques, dont 60 bornes rapides, déployées dans 16 régions du Québec. Depuis son inauguration en mars 2012, plus de 160 partenaires privés et institutionnels se sont joints au Circuit électrique, et le réseau compte maintenant plus de 10 000 membres.
 
Les utilisateurs du Circuit électrique bénéficient d’un service d’assistance téléphonique 24 heures sur 24 exploité et géré par CAA-Québec ainsi que d’un service de repérage de bornes. Le site Web lecircuitelectrique.com et l’application mobile Circuit électrique pour iOS  et Android  sont mis à jour au fur et à mesure que de nouvelles bornes sont déployées. La carte de membre du Circuit électrique permet également aux utilisateurs d’accéder aux 150 bornes québécoises du réseau FLO (anciennement le RéseauVER).

 

 

idlingVous pouvez contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air et du bien être de tous, diminuer l’usure du moteur, et épargner du carburant et de l’argent en arrêtant le moteur, une fois arrêté.

  • Respirer facilement – les émissions des véhicules contribuent aux problèmes de santé tels que l'asthme et les maladies cardiaques.
  • Penser à l’environnement – Le moteur en marche crée une pollution inutile, une des causes du smog et du changement climatique. 
  • Réduire le temps de réchauffement – Après 30 secondes de marche au ralenti, commencez à rouler. Évitez de rouler à vitesse élevée et d'accélérer rapidement sur les cinq premiers kilomètres, de façon à permettre à toutes les pièces mobiles du véhicule de se réchauffer.
  • Arrêter le moteur après 10 secondes – Si vous devez vous arrêter pendant plus de 10 secondes, sauf dans la circulation, coupez le moteur. La marche au ralenti de plus de 10 secondes consomme plus de carburant que  redémarrer le moteur.

Commencer à épargner

  • Des périodes de chauffage prolongées vous coûtent de l'argent, gaspillent du carburant et produisent des émissions de gaz à effet de serre inutiles qui contribuent aux changements climatiques.
  • Seulement quelques secondes de marche au ralenti sont nécessaires pour lubrifier les pièces du moteur et assurer une conduite adéquate, excepté en temps froid (en dessous de – 10 oC). 
  • La marche au ralenti produit des résidus dans le moteur, entraînant une usure prématurée.

Changer les habitudes

  • Marcher avec les enfants à l’école.
  • Abandonner le démarreur à distance.
  • Marcher, rouler à bicyclette, prendre le transport en commun ou fait du covoiturage.

Selon le règlement NO BEAC-033 « constitue une nuisance le fait de laisser fonctionner pendant plus de trois minutes, par période de 60 minutes, le moteur d’un véhicule immobilisé ». La marche au ralenti inutile peut comporter des amendes de 50 $ à 100 $, pour la première infraction.

Saviez-vous que le chauffage au bois émet des polluants – des particules et des produits chimiques – dans l’atmosphère?

gaz fireplace

Les effets néfastes de ces particules fines sur la santé sont nombreux et se font surtout sentir chez les enfants, les gens âgés et chez les personnes qui souffrent d’une maladie cardio-pulmonaire.

Selon Environnement Canada, la fumée de bois est considérée comme une source de pollution de l'air en hiver. Le chauffage au bois contribue de façon importante au phénomène de smog hivernal et à l'aggravation des maladies cardiaques et respiratoires.

Quelques faits et statistiques sur le chauffage au bois :

  • Les particules fines sont nocives pour la santé parce qu'elles pénètrent profondément dans les poumons et s'infiltrent dans le système sanguin, affectant du même fait le système cardiovasculaire
  • Un poêle à bois qui fonctionne durant 9 heures émet autant de particules fines qu'une automobile en une année (18 000 km de route)
  • Au Québec, le chauffage au bois résidentiel est la principale source d'émission de particules fines, devant le secteur des transports et industriel
  • Plus de 85 000 résidences sur l'île de Montréal possèdent un poêle à bois ou un foyer traditionnel, dont la plupart sont non conformes aux normes actuelles

 

Selon Environnement Canada, la fumée de bois est considérée comme une source de pollution de l'air en hiver. Brûler du bois dans un foyer traditionnel juste pour contempler le feu peut être agréable mais polluant. S'ils fonctionnent mal, les poêles à bois et les foyers présentent un risque d'incendie. Si votre cheminée dégage une fumée noire ou odeur désagréable, c'est que le bois ne consume que partiellement.

Si vous souhaitez remplacer votre foyer ou poêle à bois :

  • les appareils de chauffage à gaz, à granules ou appareil électrique sont d’excellents choix écologiques.
  • la Ville de Beaconsfield permet aussi le remplacement d’équipements de chauffage au bois existants par un équipement de chauffage au bois reconnu par la Environmental Protection Agency (United States Environmental Protection Agency ou EPA, « Agence américaine de protection de l’environnement »), à la condition que le taux d’émission de l’équipement n’excéde pas 2,5 grammes par heure de particules fines dans l’atmosphère (Règlement BEAC-046, article 3.2.5).

Avant de bruler du bois, pensez à la santé de vos voisins : la fumée et les particules nocives causées par votre poêle à bois s’infiltrent jusque dans les maisons avoisinantes.

Pour plus de renseignements sur le sujet, visitez le site du Ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques à environnement.gouv.qc.ca

 

Voici quelques conseils pour un chauffage au bois responsable :

  • Brûlez du bois propre et bien sec qui a été fendu et mis à sécher convenablement; ne brûlez jamais d'ordures, de plastiques, de carton, de styromousse ou tout autre bois peint ou traité car leur combustion libère des produits chimiques dans l'environnement et accumule la créosote;
  • Si votre feu dort, fendez le bois en plus petits morceaux et utilisez plus de morceaux lorsque vous le rechargez; ne fermez jamais le registre d'air au point de laisser dormir le feu. Le bois devrait flamber jusqu'à ce qu'il soit réduit en charbon;
  • En apprenant à chauffer sans fumée, vérifiez votre cheminée fréquemment pour vous assurer que la fumée ne s'échappe. S'il y a de la fumée, changez votre combustible ou votre façon de chauffer de manière à ce qu'aucune fumée ne soit visible.

Pour plus de renseignements, visitez le site du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs.

Saviez-vous que le chauffage au bois émet des polluants – des particules et des produits chimiques – dans l’atmosphère?

Saviez-vous que la Ville de Beaconsfield vient au second rang quant au nombre d’appareils de chauffage au bois parmi toutes les villes défusionnées de la région de Montréal? Saviez-vous que le chauffage au bois émet des polluants – des particules fines et des produits chimiques – dans l’atmosphère? Les effets néfastes de ces particules sur la santé sont nombreux: maux de tête, nausées, étourdissements, une aggravation des problèmes d‘angine chez les personnes souffrant de problèmes cardiaques, irritation des yeux et du système pulmonaire, inhalation douloureuse ainsi que de la toux surtout chez les enfants, les gens âgés et chez les personnes souffrant d’une maladie cardio-pulmonaire.

Avant de brûler du bois cet hiver, télécharger l'appli MétéoCAN pour vérifier s'il y a un avis de smog en vigueur. Un lien rapide de trouve également sur la page d'accueil du site web de la Ville sous "Info-Smog". Normalement, ces avis de smog accompagnent les prévisions météorologiques et sont affichés sur des babillards électroniques situés aux abords des autoroutes qui vont vers le centre-ville.

S’il y un avis de smog, veuillez respecter l'article 9.4 du Règlement BEAC-033 de la Ville ainsi que la santé et le bien-être de vos voisins en ne brûlant pas de bois, sous peine de contravention. 

Au Québec, il y a de nombreuses stations de qualité de l’air qui mesurent les polluants et la pollution dont celle de Sainte-Anne-de-Bellevue, de Dorval et du centre-ville de Montréal. Ces mesures donnent lieu à un indice de la qualité de l’air (AQI). Lorsque l’AQI dépasse un certain seuil, on émet une alerte au smog. Des conditions atmosphériques stables (habituellement une inversion de température, c.-à-d. de l’air plus chaud en altitude) et un vent faible sont des conditions propices au développement du smog. Dans un tel environnement stagnant, les polluants restent en place, et leur concentration augmente en surface au fur et à mesure que ces conditions persistent. Comme il est possible de prévoir ces conditions stagnantes, il est donc non seulement possible de calculer l’AQI, mais il est aussi possible de le prévoir.

A Montréal, les épisodes de smog sont plus fréquents en hiver qu’en été. Près de 90 % des épisodes de smog ont été observés durant les mois d’hiver (décembre, janvier, février et mars). Le transport et la pollution industrielle sont les principales sources de smog en été. Par contre, en hiver, plus de 60% de la pollution est causée par le chauffage au bois. Donc, en brûlant du bois pendant des épisodes de smog, on aggrave une situation déjà difficile pour ceux et celles qui souffrent d’asthme, d’emphysème ou de problèmes cardiaques.

En 2018, les arrondissements de la Ville de Montréal ont interdit de façon permanente l'utilisation de poêles et de foyers au bois. Cette règlementation ne s'applique pas à Beaconsfield. Le règlement de construction BEAC-046 permet l'utilisation d'un poêle ou d'un foyer au bois existant s'il a été installé avant le 7 juillet 2011. Il permet également le remplacement d'un équipement existant à condition qu'il respecte un taux d'émission certifié "EPA" inférieur à 2.5 grammes par heure de particules fines. Le règlement prévoit également que seuls les appareils au gaz naturel, propane et à granules sont permis dans les nouvelles constructions. Un permis est exigé pour tout remplacement ou installation d'un poêle ou d'un foyer. 

Références

Ministère Développement durable, Environnement, Faune et Parcs

Ville de Montréal - Prévision de la qualité de l'air

Environnement Canada - Avertissement de smog

Ministère Développement durable, Environnement, Faune et Parcs - Le chauffage au bois