Quoi de neuf

Rapport minoritaire préparé par Georges Bourelle, maire de la Ville de Beaconsfield et Christina M. Smith, mairesse de la Ville de Westmount, en réponse aux recommandations déposées par la Commission permanente du conseil d’agglomération sur les finances et l’administration.
 
Le 26 novembre 2018 – Toujours proactive et engagée en matière de protection de l’environnement, la Ville de Beaconsfield est fière d’annoncer le déploiement prochain du Projet i3P, une initiative novatrice qui lui permettra de franchir les trois premières étapes du programme Partenaire dans la protection du climat (PPC) de la Fédération canadienne des municipalités (FCM), et de produire simultanément un premier Plan Énergétique Communautaire ainsi qu’un Plan d’adaptation aux changements climatiques. 
 
Le Projet i3P permettra à la Ville de Beaconsfield et à sa communauté d’identifier des projets modèles et innovants, d’accélérer l’implantation de projets écologiques et durables, d’augmenter les connaissances et les compétences à l’échelle régionale, et d’établir des partenariats avec des experts locaux pour lutter contre les changements climatiques et réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).
 
Il se décline en 4 grands volets : la réalisation d’un inventaire des gaz à effet de serre provenant des activités municipales et de la communauté, le développement d’un plan d’action pour contribuer à leur réduction, le développement d’un plan d’adaptation pour assurer la sécurité, la santé et le bien-être de la collectivité face aux aléas climatiques et finalement, la mise sur pied d’une Planification Énergétique Communautaire.
 
LA CLÉ DU SUCCÈS : UNE APPROCHE COLLABORATIVE ÉTROITEMENT ARRIMÉE AU MILIEU
Dès 2019, un important processus de consultation et de collaboration sera déployé auprès des participants, intervenants et de la communauté. Des séances de présentation du Projet i3P, des webinaires et des rencontres d’information et de travail seront planifiés.  Tout au long de la réalisation des 4 volets, plusieurs ressources seront mises à contribution tant au niveau administratif que citoyen. La Ville de Beaconsfield sondera aussi les citoyens, ainsi que différents groupes des secteurs public et privé, afin d’identifier les mesures souhaitées au plan d’action lors de réunions et des consultations publiques qui seront organisées à cet effet.
 
« Les municipalités jouent un rôle central dans la protection du climat, car elles ont un impact direct ou indirect sur près de la moitié des émissions de GES du Canada. La Ville de Beaconsfield s’est jointe à l’effort collectif de lutte aux changements climatiques en adhérant dès 2006 au programme Partenaires dans la protection du Climat de la FCM. Grâce au Projet i3P, cette initiative unique au Québec nous permet de consolider notre rôle dans cette lutte auprès des citoyens et de la collectivité », affirme Georges Bourelle, maire de Beaconsfield.
 
« La Ville de Beaconsfield, ses organisations et ses résidents s’illustrent depuis déjà plusieurs années en matière d’environnement. Avec la collecte intelligente, nous avons déjà démontré qu’il est possible de travailler collectivement pour minimiser notre impact. Alors que les changements climatiques sont devenus un enjeu de premier plan, nous avons la responsabilité de poursuivre ce leadership et de faire ensemble les pas suivants. Nous avons tout pour le faire avec succès. Les démarches à venir permettront de peaufiner notre vision, d’évaluer et de prioriser nos actions, de définir nos cibles de réduction des émissions de GES, de réduire notre consommation d’énergie et d’identifier des énergies renouvelables comme solution de substitution locale. C’est une nouvelle étape que notre administration entreprend avec énergie, fierté et enthousiasme. » conclut-il.
 
Sous la supervision de la Société d’innovation en environnement (SIE) qui agira comme gestionnaire à titre de chargé de projet ainsi qu’expert pour la réalisation des activités et des livrables pour le Projet i3P, YHC Environnement sera responsable des activités menant à l’élaboration du plan d’action de réduction des GES ainsi que la planification énergétique communautaire, et le Groupe Conseil Carbone (GCC) réalisera le plan d’adaptation aux changements climatiques.
 
« Nous sommes fiers d’accompagner la Ville de Beaconsfield dans la production de trois plans et la réalisation d’un inventaire de GES, le tout conforme au programme Partenaires dans la protection du climat de la FCM. Le simple fait de réaliser le Projet i3P démontre déjà la volonté des élus et des dirigeants de la Ville de Beaconsfield à faire leur part dans la protection de la qualité de l’air et de l’environnement ! » a ajouté le président de la SIE, Yves Hennekens.
 
« Devant l’urgence climatique, le plus efficace est de réduire ses émissions de GES tout en posant des actions pour prévenir les conséquences locales des changements climatiques et augmenter la résilience de la communauté sur le plan énergétique », a déclaré Pascal Geneviève, directeur général de Groupe Conseil Carbone.
 
À propos de Société d’innovation en environnement
La Société d’innovation en environnement (SIE) est un organisme à but non lucratif qui conçoit et réalise des projets innovants pour le développement durable et la protection de l’environnement. Sa mission est de développer et promouvoir des projets et des services pour soutenir dans une perspective de développement durable, les nouvelles technologies pour la protection de l’environnement, la production d’énergie renouvelable et la réduction des gaz à effet de serre auprès des communautés.
 
À propos de YHC Environnement
YHC Environnement est un bureau d’experts-conseils multidisciplinaires spécialisé en énergie et en environnement. Fondée en 1998, elle est une des firmes pionnières au pays à avoir développé une expertise sur les changements climatiques. Elle détient une expertise unique et des outils d’analyses spécialisés afin d’étudier et de proposer des solutions concrètes de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
 
À propos de Groupe Conseil Carbone
Groupe Conseil Carbone est une société de conseil indépendante en gestion des émissions de GES et adaptation aux changements climatiques. GCC possède une large expertise en conformité aux réglementations sur les émissions de GES, comptabilité carbone pour les organisations et pour les projets, en gestion stratégique des risques associés à la transition bas-carbone, en analyse des risques des conséquences des changements. GCC comprend quatre unités d’affaires : la gestion du carbone, la vérification, l’adaptation et les services financiers.
 
imaginons espace centennial lrycLe 19 novembre 2018 – Le maire Georges Bourelle et les membres du conseil municipal annoncent un projet important, intitulé Imaginons L’ESPACE, pour revitaliser le parc Centennial, son centre culturel et la propriété adjacente, soit le club nautique Lord Reading, afin de satisfaire nos besoins culturels et communautaires actuels et futurs dans un environnement de qualité.
 
« Il s’agit d’un projet majeur et structurant à Beaconsfield pour les générations actuelles et futures. Le processus s’échelonnera sur plusieurs mois au cours desquels les citoyens seront invités à imaginer un espace attractif pour le parc et le bord de l’eau, au bénéfice de tous, dans une vision d’avenir. Nous souhaitons une grande participation citoyenne », explique le maire Bourelle.
 
L’objectif de la revitalisation est de revoir, avec la population, l’ensemble des aménagements de ces propriétés pour en préserver toute la beauté, embellir l’accès au bord de l’eau et imaginer un centre multifonctionnel à la hauteur de nos besoins communautaires et culturels dans un esprit de développement durable.
 
 « Nous voulons que ce soit un exercice marquant de consultation publique et de participation citoyenne. Il s’agit du seul espace public d’envergure au bord de l’eau. Nous voulons que ces espaces soient imaginés par et pour l’ensemble des gens de Beaconsfield, afin d’en assurer l’attractivité, dans le respect de leur sentiment d’appartenance, dans un esprit collaboratif et de développement durable », ajoute M. Bourelle.
 
Un onglet dédié à ce projet, doté de son propre logo, sera bientôt accessible sur le site web de la Ville pour en connaître la vision, les objectifs, les dates des rencontres de consultation, des ateliers créatifs et tous les développements.
  
Pour mener à bien Imaginons l’ESPACE et attirer la plus large participation possible, la Ville tiendra des rencontres d’information et de consultation ainsi que des ateliers d’échanges créatifs sur l’avenir de l’ensemble de ces propriétés. Toutes ces rencontres auront lieu de février à juin 2019 inclusivement. 
 

Appel de candidatures - comité d’orientation

Un appel de candidatures est immédiatement lancé pour créer le comité d’orientation d’Imaginons l’ESPACE, qui sera représentatif de la population et composé de sept résidents et deux élus.  Les principaux critères de sélection sont :
  • Avoir un intérêt marqué pour l’avenir de l’espace Centennial et Lord Reading
  • Démontrer un engagement social, au sein de leur communauté ou à l’extérieur
  • Avoir une expertise (professionnelle ou non) en lien avec le projet (architecture, aménagement paysager, développement durable, culture, loisirs, etc.)
Les candidatures reçues seront évaluées par un comité de travail interne à la Ville. Par la suite, les candidats retenus seront approuvés par le Conseil.  Entre le 6 février et la fin juin 2019, au moins une douzaine de rencontres du comité d’orientation seront planifiées. Le Conseil évaluera les idées soumises par la population. À la conclusion des rencontres, le comité fera ses recommandations au Conseil sur les meilleures options proposées. 
 
« Il s’agit d’espaces exceptionnels, de lieux d’attraction et de rassemblement pour toute notre population. Nous invitons les gens à rêver et à imaginer ces espaces pour en bonifier les atouts afin de les rendre encore plus merveilleux, accueillants, conviviaux et accessibles », conclut M. Bourelle.
 
Les personnes intéressées à faire partie du comité sont invitées à acheminer leur CV par courriel et en expliquant leurs motivations à imagine@beaconsfield.ca  au plus tard le 16 décembre.
 

smart recycling binPour les résidences dont le bac de recyclage était inaccessible lors de notre passage, l'installation du transpondeur sera reportée au printemps en raison des conditions climatiques. Un avis sera envoyé aux résidences en temps et lieu.

entente convention cols bleus beac2018 wbLe 30 octobre 2018 - La Ville de Beaconsfield est heureuse d’annoncer qu’elle a signé, le 29 octobre, la convention collective avec les employés cols bleus. Il s’agit d’une entente de sept (7) ans, conclue avant l’échéance et qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain, jusqu'au 31 décembre 2025. 
 
«Nous sommes très heureux de l’entente conclue avec le syndicat des cols bleus qui nous permet de respecter le cadre financier de la Ville et propose un contrat de travail sans interruption à nos employés cols bleus. Je tiens à remercier et féliciter les agents de négociation des deux parties qui ont participé à la conclusion d’une entente qui garantit, pour chacune des parties, un paix syndicale de longue durée», a déclaré le maire Georges Bourelle.
 
«Les négociations se sont déroulées dans un esprit d’ouverture et de collaboration. Avantageuse autant pour la Ville que pour les employés, cette nouvelle entente nous permet de maintenir un climat de travail serein pour le grand bénéfice des résidents de Beaconsfield. Elle assure ainsi la continuité des services rendus par nos employés dont la qualité est grandement appréciée par nos résidents», a conclu le maire Bourelle.
Des représentants de la Ville ont participé à une première rencontre avec le MTMDET le 11 octobre 2018. La rencontre avait comme objectif de faire démarrer le projet. La firme retenue par le Ministère était présente à la rencontre, soit WSP, qui a présenté son échéancier de travail et des enjeux perçus. Les prochaines étapes consistent à analyser les emprises et à établir le ou les concepts retenus selon les résultats des analyses. 
 
Un premier livrable devrait être soumis dans 6 mois. Des séances de consultations avec les citoyens devraient ensuite prendre place. L’échéancier initial est respecté puisque le dépôt de l’Étude d’avant-projet préliminaire pour la construction d’un mur antibruit au sud de l’autoroute 20 à Beaconsfield est prévu à l’automne 2019.
En conformité avec les recommandations du Plan directeur des parcs, le parc Heights fera l’objet d’un réaménagement en 2019. L’objectif est de créer un parc accessible à tous qui favorise le jeu et l’interaction sociale aux résidents de tout âge.
 
Trois séances Portes ouvertes organisées en novembre ont permis aux résidents de voir les plans conceptuels et de donner leur avis sur la refonte du parc Heights. 
girl swing  
Consultez les plans des deux concepts proposés pour le réaménagement du parc Heights ainsi que des documents complémentaires relatifs au mobilier urbain et aux équipements :
 

 

 
Le 12 octobre 2018 – À la cérémonie de remise des étoiles du Programme d’excellence en eau potable, la Ville de Beaconsfield s’est vue remettre une attestation de reconnaissance dans le cadre du Programme Municipalité Écon’eau de Réseau Environnement pour ses différentes initiatives en matière d’économie d’eau potable. 
 
Le Symposium sur la gestion de l’eau qui s’est tenu les 10 et 11 octobre vise à promouvoir la diffusion et l’échange sur les opportunités et défis communs d’une gestion intégrée de l’eau, les mises à jour réglementaires, et les nouvelles connaissances et techniques de traitement et de gestion de l’eau potable, des eaux usées et pluviales.
Cette attestation confirme l’atteinte de la Phase 2 du programme dans lequel la Ville a été reconnue pour son programme de détection des fuites, ses activités de sensibilisation à l'économie d’eau potable, ainsi que pour la qualité des informations accessibles dans la section Eau de son site internet beaconsfield.ca .
 
« Nous sommes fiers de constater que notre consommation d'eau potable totale diminue d'année en année. Nous réalisons régulièrement des activités de sensibilisation dans le cadre du Programme d’économie d’eau potable : sensibilisation dans les écoles et les camps de jour; actions de communications sur diverses plateformes; présence lors d’événements spéciaux en plus des actions entreprises par nos équipes pour échanger avec la population au sujet de l’eau potable (campagne porte-à-porte). L’investissement dans le renouvellement des infrastructures souterraines assure la distribution d’une eau potable de qualité aux résidents ainsi que l’évacuation efficace des eaux usées. Nous sommes convaincus de l’importance de chacune de ces actions », mentionne le maire Georges Bourelle. 
 
Par le programme Municipalité Écon’eau, Réseau Environnement accompagne les municipalités dans leurs efforts de réduction de la consommation d’eau. Grâce à des indicateurs élaborés par Réseau Environnement et le Ministère des Affaires municipales et l’Occupation du territoire, les villes peuvent mesurer leur performance en matière de consommation d’eau potable et recevoir des recommandations afin d’élaborer un plan d’action répondant aux objectifs de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable. En plus de reconnaître les efforts déployés, Municipalité Écon’eau, c’est aussi une communauté d’échanges qui met en commun les expertises et expériences des autres membres du programme et des experts du domaine.

fumer canabisNouvelles dispositions concernant le fait de fumer sur le territoire de Beaconsfield
La Ville a récemment adopté un amendement au Règlement sur les nuisances BEAC-033 prévoyant qu’il est interdit de fumer des produits de tabac ainsi que tous autres produits ou substances, végétales ou chimiques, pouvant être fumés par quelque instrument que ce soit, y compris par cigarette électronique ou tout autre dispositif de cette nature, sur la propriété publique, à l’exception des rues, ruelles et trottoirs.

Le 10 octobre 2018 - Les récentes législations des gouvernements du Canada et du Québec sur la rémunération des élus municipaux conduisent à une révision de leur traitement, notamment à cause de l’abolition de l’allocation de dépenses non-imposable et des nouveaux critères établis.
 
« Il est de notre devoir de nous assurer que les représentants des citoyennes et citoyens soient rémunérés de manière correcte, en conformité avec les modifications aux dispositions législatives, les obligations morales et le respect de la capacité de payer des contribuables », explique le maire Georges Bourelle.
 
La révision de la rémunération a été accomplie avec la directive expresse du conseil de placer les élus de Beaconsfield dans la strate inférieure de la rémunération des élus de villes comparables en termes de population. 
 
Une triple base comparative de la rémunération des élus a été développée afin de s’assurer que les membres du conseil reçoivent un traitement équitable, juste et raisonnable. Les comparables ont été évaluées en fonction de la rémunération des élus pour des villes de taille comparables, celle des 15 villes liées à la métropole et la formule de calcul proposée par l’Union des municipalités du Québec (veuillez consulter les documents ci-dessous pour des informations supplémentaires).
 
Il a été déterminé que la base de comparaison la plus équitable est la rémunération sur une base par personne pour des villes de population comparable. Il y a 27 municipalités au Québec de taille démographique semblable à Beaconsfield.
 
« Nous avons de plus utilisé les données 2018 ou antérieures. De cette manière, la rémunération des élus de Beaconsfield sera au niveau de la médiane et en deçà de la moyenne. Cette procédure limite aussi la croissance de la rémunération, au bénéfice de nos contribuables », conclut le maire Bourelle.
 
La rémunération des élus sera votée lors de la séance ordinaire du conseil municipal le 22 octobre prochain. L’ajustement de la rémunération de base pour les 7 élus sera de 28 940 $. Un ajustement fiscal pour l’allocation de dépenses imposable sera de 31 762 $, soit un total de 60 702 $ ou 0,14% du budget de la Ville. Ainsi, pour le maire qui occupe son poste à temps plein, le salaire de base passe de 47 780 $ à 58 000 $, avec un ajustement fiscal de 11 296 $ et une allocation de dépenses imposable inchangée de 16 595 $. Pour les conseillers, le salaire de base passe de 15 920 à 18 000 $, avec un ajustement fiscal de 2 274 $ et une allocation de dépenses imposable de 10 137 $. Ces salaires seront en vigueur en 2019.
 
 
Documents à consulter :
 
Outil sur la rémunération des élues et élus municipaux - critères généraux de l'UMQ (PDF)

Il  vise l’ensemble des éléments qui peuvent être considérés pour établir la rémunération des élus, selon l’outil produit par l’UMQ, en collaboration avec le CEFRIO. 

Outil sur la rémunération des élues et élus municipaux - critères pour Beaconsfield (PDF)
Il contient les critères utilisés pour Beaconsfield pour établir la modification proposée, laquelle est basée sur une approche conservatrice et qui ne tient pas compte des services d’agglomération qui requièrent travail et collaboration de manière régulière.

 
L’implantation de la collecte intelligente des ordures est si positive qu’en juin 2016, la Ville a entrepris un projet pilote pour évaluer la pertinence de transposer ce système à la collecte des matières recyclables. Ce projet visait à mesurer la fréquence des bacs bleus mis à la rue, le niveau de contamination des matières recyclables, les émissions de GES du camion de collecte en fonction de son utilisation et les économies potentielles à réaliser lors du renouvellement du contrat de collecte du recyclage.
 
Pendant un an, le groupe de résidents participant à l’étude avait deux règles à respecter : sortir le bac bleu uniquement lorsqu’il était plein et respecter la liste des matières acceptées au recyclage par la Ville.
 
Des résultats positifs qui nous incitent à aller de l’avant!
  • Diminution du taux de contamination des bacs bleus à 6 % versus une moyenne nationale de 12 %!
  • Bacs bleus mis à la rue moins fréquemment, soit 59 % du temps.
  • Arrêts moins fréquents du camion de collecte permettant de réduire de 10 % l’émission de GES, même si la distance du trajet demeure la même!
La collecte intelligente : un choix logique qui bénéficie aux citoyens et à l’environnement
  • La flexibilité du service nous permet de maintenir une cueillette hebdomadaire que les résidents peuvent utiliser selon leurs besoins.
  • La rémunération de l’entrepreneur est liée au nombre de levées de bac. Moins fréquemment vous sortez le bac, moins les coûts sont élevés. Vous participez à réduire le coût du service!
  • Les arrêts/départs du camion combinés à la levée robotisée du bac consomment beaucoup de carburant. Moins il le fait, moins il pollue. Vous avez un impact positif direct pour minimiser l’émission de GES!
  • Finalement, si vous sortez le bac moins souvent, c’est aussi un signe que vous réduisez vos emballages et votre empreinte environnementale.

La Ville va donc de l’avant avec une collecte intelligente des matières recyclables et a octroyé un contrat qui débutera en avril 2019. Aucune tarification n’est prévue pour ce service.

Quelles sont les prochaines étapes?

  • De janvier à mars 2019 : vérification du système
  • Le 4 avril 2019 : début du nouveau contrat de collecte intelligente
Grâce aux efforts de tous les citoyens depuis 2014, la Ville de Beaconsfield est devenue une référence en matière de gestion des matières résiduelles au Québec. Nous avons à coeur de faire les meilleurs choix possibles tant pour l’environnement que pour les citoyens. Notre succès collectif démontre qu’il est possible de travailler ensemble pour minimiser notre impact sur l’environnement.
 
Et ça continue!
 

Des questions? Communiquez avec nous à reduction@beaconsfield.ca

 
collection recycling
 
 
Nature du projet
Afin de moderniser le réseau électrique qui alimente votre quartier, Hydro-Québec procédera au remplacement de plusieurs poteaux et appareils électriques (fils électriques, transformateurs, isolateurs, etc.) au cours des prochaines semaines.
 
Séquence des travaux
Pour remplacer chacun des poteaux, il faudra d’abord implanter un nouveau poteau au même emplacement ou très près du poteau existant. Le transfert des équipements électriques et de télécommunication pourra ensuite se faire sur le nouveau poteau et l’ancien sera retiré.
 
La majorité des travaux seront réalisés dans la servitude d’Hydro-Québec située à l’arrière de votre propriété. Dans certains cas, les poteaux sont situés dans l’emprise municipale à l’avant de votre maison. La remise en état des lieux suivra en fonction des besoins.
 
Sécurité
Pour assurer la sécurité des travailleurs pendant le transfert des équipements, pour certains cas, il sera nécessaire d’interrompre le service électrique. Le service à la clientèle d’Hydro-Québec avisera à l’avance les clients concernés de la date et de l’heure de l’interruption.
 
Date et horaire des travaux
Du 1er octobre 2018 au 1er mars 2019
Les travaux se dérouleront du lundi au vendredi de 7 h à 18 h
Notez qu’exceptionnellement, les travaux pourraient être reportés en raison de conditions météorologiques défavorables ou de contraintes opérationnelles.
 
Pour plus d’information, appelez la Ligne Info-projet au 514 385-8888, poste 3462.
 
Source: Hydro-Québec
carte angell woods anse orme 2018Le 24 septembre 2018 – Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, et les membres du Conseil sont heureux de confirmer qu’un immense terrain de 78 500 mètres carrés dans le boisé Angell a été acquis par l’agglomération de Montréal pour des fins de parc.
 
Il s’agit d’une acquisition de 14 millions de dollars, assumés par l’ensemble des Montréalaises et Montréalais, pour une forêt de 180 647 mètres carrés, soit équivalente à la superficie de plus de 35 terrains de football !
 
« Cela est une grande fierté pour nous tous et le résultat d’un travail soutenu et rigoureux au bénéfice des citoyens de Beaconsfield dans une vision de développement durable et de qualité de vie. Cette acquisition est la deuxième en importance à survenir en moins de trois ans à Beaconsfield, assumée par l’agglomération », se réjouit le maire de Beaconsfield.
 
Cette transaction confirme l’agrandissement du magnifique parc de l’Anse-à-l’Orme au bénéfice des résidentes et résidents de la grande région métropolitaine, de l’ouest de l’île et de Beaconsfield. 
 
« Elle protège de manière définitive un espace vert de grande qualité où nos résidents se rendent régulièrement pour leurs loisirs de plein air et la marche. Cela contribue aussi à la protection de la qualité de l’air, de la faune et de la flore qu’on y trouve ainsi que de plusieurs espèces rares » ajoute M. Bourelle.
 
En 2015, la Ville de Beaconsfield avait obtenu de l’agglomération de Montréal, dans cette même optique, l’acquisition du terrain Marian hall, toujours dans le bois Angell, d’une superficie de 78 500 mètres carrés, au coût de 3,5 millions de dollars.
 
« Il est vraiment exceptionnel, en moins de trois ans, que nous ayons réussi, tous ensemble, les élus et les dirigeants de l’administration de la Ville, à obtenir presque 20 millions de dollars d’investissements pour l’acquisition de terrains privés à des fins publiques dans une vision de développement durable, pour les générations actuelles et futures », mentionne fièrement Monsieur le Maire.
 
L’acquisition du terrain Seda confirme de manière éloquente la protection définitive du bois Angell et crée un environnement exceptionnel et un accès formidable à un parc-nature métropolitain au sein même de notre ville pour des fins de loisirs et de protection de l’environnement. 
 
Réserve publique définitive
La protection des espaces verts est cruciale dans les zones urbanisées, mais nécessite des déboursés importants, autant dans le respect des propriétaires qui cèdent ainsi leur terre à des fins publiques que dans le respect de la capacité de payer de nos citoyennes et citoyens.
 
Protéger des forêts pour en faire des espaces publics est un double engagement financier pour les villes, car, en plus d’en faire l’acquisition des sites et leur entretien, les administrations publiques se privent de leurs développements et des revenus de taxes qu’elles procureraient. 
 
« Ça montre l’importance de cet engagement. Pour Beaconsfield, l’intervention de l’agglomération de Montréal est d’autant plus appréciée qu’une telle acquisition aurait été difficile, voire impossible, au plan financier. Par contre, dans une vision régionale, l’agglomération y prouve sa valeur, au bénéfice de tous », conclut M. Bourelle.
 
Le maire Bourelle et les membres du conseil municipal tiennent à remercier la mairesse de la Ville de Montréal, Valérie Plante, les membres du comité exécutif et particulièrement le maire de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et responsable des grands parcs, des espaces verts et des grands projets au comité exécutif, Luc Ferrandez, pour cet engagement exceptionnel pour la région métropolitaine, pour l’ouest de l’île et pour Beaconsfield.
 
Le 8 août 2018 – La Ville a reçu une subvention du Fonds municipal vert de la Fédération canadienne des municipalités pour son projet visant à évaluer les meilleures pratiques pour le détournement des matières organiques de l’enfouissement, et à quantifier les efforts de traitement local de ces matières.  Lancé en juillet, ce projet s’échelonnera sur une année et  s’inscrit en continuité de la Stratégie de réduction des déchets adoptée en 2014 par la Ville. 
 
Grâce à l’implication soutenue de ses résidents, la quantité d’ordures envoyées à l’enfouissement a diminué de 51 % par habitant, sans augmenter les coûts de gestion des matières résiduelles. Beaconsfield est ainsi devenue la ville avec les plus faibles taux de génération d’ordures parmi les municipalités de l’agglomération de Montréal.  Malgré cela, les poubelles contiennent en moyenne plus de 50 % de résidus organiques compostables qui peuvent être valorisés. En 2018, la Ville de Beaconsfield a donc mis en place un service de récupération des résidus alimentaires avec les résidus verts.  Elle encourage également le compostage domestique, l’herbicyclage et le feuillicyclage qui demeurent les meilleures pratiques pour réduire les coûts tout en évitant l’impact environnemental du transport et du traitement à grande échelle.
 
Vers une gestion toujours plus efficace des matières organiques
La Ville souhaite améliorer son offre de services de gestion des matières organiques sans compromettre les efforts de compostage, herbicyclage et feuillicyclage.  
Le projet vise à :
  • Mesurer les quantités de résidus organiques détournées par le compostage domestique et l’herbicyclage
  • Évaluer la meilleure offre de collecte des résidus alimentaires, tout en luttant contre le gaspillage alimentaire
  • Comparer les émissions de GES liées des différents scénarios
  • Recueillir les données de terrain pour un contrat futur de collecte des matières organiques
« Cette subvention du Fonds municipal vert nous permet de continuer de faire des gains sur le plan environnemental. Un tel projet mené à Beaconsfield présente bien le caractère innovateur de notre gestion municipale et le souci constant que nous avons et qui nous anime quotidiennement en matière d’écologie et d’environnement », a précisé le maire Georges Bourelle.  « Voilà un excellent exemple qui démontre que les citoyens et le gouvernement peuvent travailler ensemble pour l'environnement. »
 
Mis en œuvre par la Fédération canadienne des municipalités, le Fonds municipal vert est un programme de 625 millions de dollars financé par le gouvernement du Canada.
La Fédération canadienne des municipalités appuie l’étude de Beaconsfield pour ses objectifs innovants et évalue que les résultats pourront profiter à l’ensemble des municipalités du Canada. Une subvention de 50 % de l’ensemble des frais a été accordée, grâce à laquelle il en coûtera moins de 35 000 $ à la Ville de Beaconsfield.

Une modification au Règlement BEAC-033 sur les nuisances a été adoptée par le Conseil lundi.

Cette modification prohibe l'utilisation d'un souffleur à feuilles du 1er juin au 30 septembre et prendra effet l'année prochaine.

La documentation pertinente par rapport à cette modification peut être consultée ci-dessous:

Le 3 juillet 2018 – La Ville de Beaconsfield instaure de nouvelles règles l’an prochain concernant l’usage des souffleurs à feuilles électriques et à essence en raison des risques qu’ils posent pour la santé humaine et animale ainsi que la pollution de l’air et la nuisance sonore qu’ils causent.

« Cette nouvelle réglementation  vise à préserver la santé et à soutenir nos efforts en matière de développement durable afin d'assurer la qualité de vie, de protéger la faune et la flore ainsi que réduire la pollution de l'air et de bruit causée par l'usage des souffleurs à feuilles durant l'été », explique le maire Georges Bourelle, au nom du conseil municipal.

L'encadrement de l'usage des souffleurs à feuilles est réalisé à l'instar de toutes les autres actions prises par la Ville, au cours des dernières années, pour préserver la santé publique et favoriser l'atteinte des cibles environnementales fixées par les gouvernements du Canada et du Québec. Cela fait référence, notamment, aux bonifications apportées à la gestion des collectes, à l'encadrement de l'utilisation de l'eau potable, à la protection du bois Angell, aux restrictions sur les émissions polluantes du chauffage au bois, à l'installation de bornes et à l'acquisition de véhicules électriques, au développement du réseau de pistes cyclables, à la promotion du transport actif et à la densification urbaine.

La nouvelle réglementation permettra l'usage des souffleurs à feuilles du 1er octobre au 31 mai. En balisant leur usage, la Ville de Beaconsfield limite les risques à la santé et les problèmes de pollution les plus importants qu'ils posent, tout en permettant leur utilisation pour le nettoyage printanier et le ramassage des feuilles mortes à l'automne.

Les deux types de souffleurs (électriques et à essence) engendrent des niveaux de décibels bien supérieurs aux limites recommandées (55 décibels) par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Département de santé publique de Montréal (DSP). Les souffleurs à feuilles électriques génèrent en moyenne 80 décibels et ceux à essence, jusqu'à 115 décibels. À 15 mètres (49 pieds) d'un souffleur en usage, les niveaux varient de 62 à 75 décibels.

Leur soufflerie projette l'air à des vitesses variant de 240 à 450 kilomètres à l'heure. Ces jets d'air puissants et concentrés propulsent des particules jusqu'à dix fois plus fines que les seuils de 2,5 micromètres établis par l'OMS à partir desquels elles provoquent des maladies cardiovasculaires, respiratoires et des cancers. Ces particules ultrafines sont composées de matières fécales, de pollens, de spores de moisissures et de substances chimiques diverses (insecticides, herbicides, fertilisants, etc.).

Des essais en laboratoire ont de plus démontré que les souffleurs à essence de deux et quatre temps rejettent de fortes émissions polluantes dans l'air, de 6,8 à 300 fois plus, selon les polluants considérés, qu'un moteur de camionnette de 8 cylindres. Ces conclusions démontrent qu'utiliser un souffleur à feuilles durant 30 minutes équivaut aux émissions polluantes produites par une camionnette grand format roulant 6255 kilomètres (3887 milles) dans des conditions d'usage normal.

Selon l'OMS et la DSP, la pollution atmosphérique est responsable chaque année de la mort prématurée de 4,2 millions de personnes à travers le monde et de 1500 personnes à Montréal.

« La mission de la Ville, dont nous sommes tous fiers, et son plan de développement durable, permettent de veiller à la santé et la sécurité des citoyens de Beaconsfield pour les générations actuelles et futures », conclut le maire Georges Bourelle.

 


Bureau du Maire, 514 428.4410

Le 19 juin 2018 – Afin de garantir les meilleurs usages des accès publics au lac Saint-Louis pour les générations actuelles et futures, la Ville de Beaconsfield a reconduit les baux du Beaconsfield Yacht Club et du Lord Reading Yacht Club dans une vision d’avenir et de développement durable.
 
« Les accès publics aux bords de l’eau sont rares et constituent un joyau d’exception pour la population, encore plus pour une ville dans une zone urbaine. À Beaconsfield, nous avons cet immense privilège depuis plus de 200 ans. C’est une richesse que nous avons su préserver et que nous apprécions particulièrement. Nous voulons la maintenir et la bonifier au bénéfice de tous et en garantir la pérennité », explique le maire Georges Bourelle.
 
Les élus du Conseil municipal ont renouvelé les baux du Beaconsfield Yacht Club et du Lord Reading Yacht Club lors la séance ordinaire de juin dans une vision porteuse d’avenir afin d’en garantir un accès populaire, une mixité d’usages et un développement durable.
 
« Le Beaconsfield Yacht Club assure un accès aux plaisanciers qui est apprécié, sur un site d’exception qui appartient à la Ville depuis 1966. Ce site est important, car il garantit un accès à la navigation de plaisance, autant privée que publique. Il s’agit d’un service rare dans une ville, que nous préservons dans l’intérêt et au bénéfice de tous », rappelle le maire Bourelle. Le bail a été renouvelé pour 15 ans, avec une option supplémentaire de cinq ans.
 
Les plaisanciers s’y rendent pour pratiquer la voile sur le lac Saint-Louis. Le site donne accès à une baie protégée et en eau relativement profonde, adéquate pour la navigation à voile, légère et de plaisance. On y retrouve aussi une maison historique qui sert de pavillon d’accueil et de restaurant.
 
La Ville a également renouvelé le bail du Lord Reading Yacht Club, pour deux ans, afin de prendre le temps d’évaluer le meilleur usage et les améliorations demandées et nécessaires de l’offre de services dans le parc Centennial Hall Memorial, adjacent au club privé, tel que prévu au Programme triennal d’immobilisation adopté l’an dernier.
 
« Le Conseil profite de ce renouvellement pour en faire une opportunité idéale pour repenser nos actions à long terme afin de garantir les meilleurs usages, les meilleurs services et les meilleurs développements privés et publics au bénéfice de tous. En gestionnaires responsables, ce contexte nous procure une plus grande marge de manœuvre et nous permettra, de concert avec les résidents, de planifier un aménagement pour y renouveler notre offre, repenser les usages et satisfaire des nouveaux besoins, au bénéfice de notre population », rappelle le maire de Beaconsfield.
Le 30 avril 2018 – C’est avec fierté que la Ville lance sa nouvelle campagne de sensibilisation à la prudence et au ralentissement de la vitesse au mois de mai. Au cours des prochaines semaines, des panneaux publicitaires seront installés aux points d’entrée principaux de la municipalité, les zones scolaires et près des terrains de jeux pour mettre en valeur ce message auprès des conducteurs.
 
Plus de 1 000 études de circulation ont été menées au cours des 10 dernières années sur le territoire de Beaconsfield. Elles ont servi à analyser et à mesurer la vitesse de près de 365 000 véhicules. Voici les faits saillants :
 
  • Près de 60 % des automobilistes circulent à une vitesse qui se situe entre 11 km/h et 20 km/h au-dessus de la limite de vitesse affichée dans les zones scolaires
  • Plus de 8 % des automobilistes circulent à une vitesse excédant 20 km/h au-dessus de la limite de vitesse affichée dans les zones scolaires
  • Moins de 12 % des automobilistes circulent à une vitesse inférieure à la limite de vitesse affichée de 40 km/h
  • Près de 58 % des automobilistes circulent à une vitesse qui se situe entre 1 km/h et 10 km/h au-dessus de la limite de vitesse affichée de 40 km/h
Les écoles dans la mire
Au cours des prochains jours, des outils de communication destinés aux parents seront remis aux élèves fréquentant les écoles primaires de la Ville. Les parents sont invités à adhérer à la Charte de bonne conduite au volant et à devenir ambassadeurs de la sécurité routière en apposant un autocollant électrostatique avec le slogan « Charte de bonne conduite au volant. Moi, j’embarque! » sur leur véhicule.
 
La Ville prévoit installer des afficheurs de vitesse dans les zones scolaires en 2018 afin de sensibiliser les automobilistes au respect de la limite de vitesse de 30 km/h. Ce projet bénéficie d’une aide financière équivalant à 50 % des coûts d’acquisition et d’installation des équipements en vertu du programme d’aide financière du Fonds de la sécurité du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports.
 
« Le respect de la signalisation exige de tous les usagers de la route l’exercice d’une vigilance de tous les instants. En tant qu’automobiliste, nous devons connaître, adhérer et adopter les pratiques d’un bon conducteur aux abords des écoles; il en va de la sécurité de nos enfants. Des aménagements sécuritaires sont essentiels, mais il n’en demeure pas moins que la sensibilisation et l’éducation sont des incontournables pour faire évoluer nos propres comportements et ceux des autres », a déclaré le maire Georges Bourelle.
 
211Un service d’information et référence disponible 7 jours par semaine, de 8 h à 18 h, 365 jours par année qui sera, à terme, ouvert 24 heures par jour.
 
Le 211 rend également disponible sur le web toutes les informations sur les ressources sociocommunautaires. Toutes les informations sur les sites 211 sont mises à jour annuellement en collaboration avec les organismes.
 
Le 211 est  un éclaireur auprès des gouvernements et décideurs, qui par l’analyse des statistiques d’appels et de fréquentation du site Web, permet de suivre l’évolution des besoins sociaux et de déterminer les ressources manquantes pour y répondre.
 
Le  service 211 permet de combattre la pauvreté et l’exclusion sociale, en permettant aux gens aux prises avec des besoins sociaux non urgents d’être informés rapidement sur les ressources sociocommunautaires de proximité qui leur viendront en aide, et donc de pouvoir trouver les solutions pour se sortir d’une situation précaire
 
Le 211 est un service gratuit et grandement accessible notamment pour les personnes démunies, aînées et les nouveaux arrivants 
 
 

sewer grate 2sewer grate rectLe service des Travaux publics a remarqué que certaines conduites d’égouts dans votre secteur sont bloquées par l’accumulation de petites branches et autres menus débris qui ne peuvent s’y retrouver que par une insertion volontaire dans les trous des regards.  Récemment, l’accumulation de ces débris a causé de nombreux refoulements d’égouts.

Nous sollicitons votre coopération pour enrayer ce problème récurrent dans votre secteur en vous demandant d’informer vos enfants et qui conque vous pourriez apercevoir insérer des débris dans les trous des regards des conséquences de cette pratique.

Nous vous remercions de votre collaboration.

 

Accueil réservé des citoyens autant pour son utilité que pour son financement

Le 20 novembre 2015 – Les citoyens de Beaconsfield sont réservés autant au sujet de l’utilité de l’installation d’un mur antibruit au sud de l’autoroute 20 que sur son mode de financement, malgré l’offre d’exception faite par le ministre des Transports, Robert Poëti, pour le réaliser.

C’est ce que révèle un sondage Léger Marketing réalisé auprès de 600 adultes résidents à Beaconsfield, du 16 au 23 octobre derniers, dont les résultats ont été pondérés par le sexe, l’âge, le statut de propriétaire-locataire et le district de résidence. Une telle recherche reflète la position de l’ensemble des citoyens autant sur la pertinence du projet que la manière de le financer. Les résultats comportent une marge d’erreur de 4 %, et ce, 19 fois sur 20.

« Nous avons fait réaliser ce sondage pour bien connaître la position de l’ensemble de la population pour ce projet. Ce que nous constatons confirme la prudence avec laquelle nous abordons ce dossier depuis le début », explique le maire Georges Bourelle.

Les résultats du sondage montrent que la « majorité des citoyens ne semblent pas convaincus de la nécessité du mur antibruit […] parce qu’ils doutent de son efficacité, de son esthétisme ou désapprouvent les coûts engendrés pour réaliser le projet, analyse le sondeur.

« Cette première étape de consultation nous permet de bien cadrer les enjeux à considérer pour donner suite ou non à l’offre ministérielle. Nous adressons maintenant les formules de financement et de consultation pour veiller à ce que la décision soit prise en toute transparence, dans le cadre d’un exercice démocratique respectueux des uns et des autres », ajoute le maire.

Le ministre des Transports, Robert Poëti, a récemment proposé d’assumer 75 % des coûts du projet au lieu de la moitié. Malgré cette offre d’exception, Beaconsfield devrait assumer environ 5 millions de dollars.

Les résultats du sondage démontrent que dans les trois quartiers qui sont les plus rapprochés de l’autoroute 20, la problématique sonore causée par la voie rapide affecte tout juste une majorité des répondants alors que dans les trois autres districts, les répondants disent être peu ou pas affectés.

Pour ceux qui s’opposent au projet, les deux principales raisons évoquées sont les coûts (53 %) et le fait qu’ils ne sont pas directement concernés par les bruits générés par les véhicules sur l’autoroute (46 %).

Cette dynamique est encore plus prononcée quand est soulevée la question des coûts. Les districts les plus impactés souhaitent un partage général des frais tandis que ceux qui le sont moins ou pas estiment que les frais devraient être assumés par les propriétaires affectés.

Cliquez ici pour consulter le sondage et ses résultats (PDF)

 

La Ville de Beaconsfield a un système d'appels automatisés, CodeRED, afin d'être en mesure d'aviser les citoyens en cas d'urgence. Il s'agit d'un système efficace qui permet de rejoindre un très grand nombre de personnes en très peu de temps et qui pourra être déployé dans un secteur précis, même une rue, si, par exemple, un bris d'aqueduc forçait une interruption de l'alimentation en eau potable. Dans d'autres cas, les autorités pourraient y avoir recours lors d'un accident environnemental, d'une fuite de gaz, ou d'autres situations d'urgence. L'avis pourrait alors inclure des consignes à suivre.

Votre numéro de téléphone est confidentiel, vous possédez seulement un cellulaire ou vous avez emménagé au cours des derniers mois ?
La base de données du système CodeRED contient présentement les numéros de téléphone des lignes terrestres sur notre territoire. Lors d'une situation d'urgence, les citoyens sont avisés grâce à un appel téléphonique soit à la maison, soit sur le cellulaire, ou aux deux numéros. Si votre numéro de téléphone n'est pas inscrit, vous ne recevrez pas d'appel. Le système d'appels automatisés CodeRED offre aux individus et aux entreprises la possibilité d'ajouter leurs propres numéros de téléphone résidentiels ou cellulaires directement dans la base de données du système. Cette procédure est possible via notre site web en cliquant sur le bouton CodeRED.

Affichage de l'appelant

Lorsque vous voyez le numéro 866 419-5000 sur votre afficheur, vous saurez que l'appel provient de la Ville. Si vous souhaitez entendre le dernier message qui a été livré sur votre ligne téléphonique, composez ce numéro à nouveau.

Ce projet vient bonifier d'autres procédures déjà établies dans le plan des mesures d'urgence de la Ville pour assurer une meilleure efficacité lors des situations d'urgence.