fbpx

Quoi de neuf

« Les taxes imposées pour les services régionaux sont un scandale! » Maire Georges Bourelle

Beaconsfield, le 1 er décembre 2022 - « Le budget 2023 de l’Agglomération pour les services régionaux, géré strictement par la Ville de Montréal, est un scandale et une injustice confirmé. Montréal limite encore sa contribution à 2,7%, mais nous impose, à Beaconsfield, une hausse de 11,9% ! Montréal nous surtaxe maintenant de 4 millions de dollars par an. C’est totalement inacceptable! »

Le maire Georges Bourelle est outré par la désinvolture avec laquelle l’administration de Montréal s’amuse littéralement à réduire sa contribution pour une quatrième année consécutive en augmentant celles des villes liées, dont celle de Beaconsfield, pour les services régionaux.

De 2020 à 2025, cela représente 19 millions de dollars perçus en trop à Beaconsfield au profit de Montréal. Pour l’ensemble des 15 villes liées à Montréal, l’impact financier au détriment de leurs 250 000 citoyennes et citoyens totalisera 122 millions de dollars. Alors que l’inflation oscille autour de 7% au Canada cette année, Montréal contient la hausse de sa contribution à 2,7 %, mais inflige aux contribuables de Beaconsfield une augmentation de 11,9%, soit presque le double de l’inflation. Pour l’ensemble des 15 villes, l’impact est de 8%.

« Le manège de fourberie de Montréal a débuté après le consensus temporaire de 2017 pour trois ans sur les finances de l’Agglomération. Depuis, Montréal s’oppose au respect de l’entente originelle de 2008 », rappelle le maire Bourelle, également vice-président de la Commission sur les finances et l’administration de la Ville de Montréal pour l’agglomération.

La pénalité de surtaxation est bien réelle pour les citoyens et citoyennes des villes liées. Ils paient déjà plus de 60% que les contribuables de Montréal pour les services de l’Agglomération même s’ils les utilisent moins, comme la police, les pompiers, le transport collectif et le traitement de l’eau.

Pour Beaconsfield, l’injustice des manœuvres de l’administration de Montréal se calcule à coup de deux millions de dollars chaque année depuis trois ans. Le nouveau budget 2023 augmentera le trop-perçu en taxes à plus de 4 millions de dollars par année, pour les trois prochaines années. En 2025, la facture de taxes payées en trop par Beaconsfield à Montréal totalisera 19 millions de dollars.

Démarche juridique à 10 millions de dollars

Le maire Bourelle compte toujours sur la contestation juridique entreprise par Beaconsfield en 2020 à la première année de cette surtaxe injustifiée pour obtenir justice pour les citoyennes et citoyens de Beaconsfield. La poursuite contre la Ville de Montréal est maintenant rendue à plus de 6 millions de dollars, plus les intérêts.

« Nous allons faire amender la procédure une nouvelle fois pour y ajouter cette nouvelle surtaxe de 2 millions de dollars qui devient en réalité une surtaxe de plus de 4 millions de dollars en 2023 pour nos citoyennes et citoyens. Notre poursuite atteindra alors près de 10 millions de dollars », dénonce le maire Bourelle.

La Ville de Beaconsfield avait entrepris cette démarche pour que soit respectée l’entente multipartite signée en 2008 et entérinée par le Gouvernement du Québec et la Ville de Montréal ainsi que les 15 villes reconstituées. Cette entente assure un partage équitable du coût des services régionaux par les villes de l’île de Montréal. « Ce n’est plus le cas. C’est antidémocratique, injuste et pénalisant pour nos citoyennes et citoyens », conclut le maire Bourelle.

Impact financier 2020 2025

Des travaux qui auront lieu sur le réseau d'eau potable du 6 au 8 décembre peuvent affecter la pression d'eau et sa coloration. Dans le cas où votre eau de robinet est altérée, veuillez la faire couler pendant quelques minutes jusqu'à ce qu'elle redevienne claire. L'eau est potable, et sa consommation ne présente aucun risque pour la santé.

Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour les inconvénients que pourraient vous occasionner ces travaux.

Le dépôt à feuilles est maintenant fermé pour la saison hivernale, à la suite de cette première bordée de neige.

Les feuilles peuvent toujours être incluses dans la collecte des résidus verts et alimentaires, comme d'habitude.

En raison de la tenue d’une compétition de natation régionale, la piscine du Centre récréatif sera fermée le samedi 19 novembre et dimanche 20 novembre.

Bonne chance à tous les participants!

Beaconsfield, le 3 novembre 2022 - En collaboration avec l'organisme sans but lucratif GRAME et le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal, la Ville de Beaconsfield a procédé à une plantation d'arbres afin de souligner l'arrivée de 48 jeunes bénéficiaires du CIUSSS, âgés de 6 à 17 ans, au campus Batshaw de Beaconsfield.

« Les arbres symboliseront, en quelque sorte, l'évolution du partenariat entre le CIUSSS et la Ville au fil du temps. Nous sommes heureux d'accueillir ces nouveaux membres dans notre communauté et de leur offrir la possibilité de découvrir les services offerts par notre bibliothèque et nos programmes récréatifs, » déclare le maire de Beaconsfield, M. Georges Bourelle.

Le maire Bourelle indique que la Ville a pu réaliser ce projet grâce au programme ICI ON VERDIT du GRAME ainsi qu'à la subvention de 4 600 dollars obtenue de TD Canada par l'intermédiaire du GRAME. L'organisme a aussi fourni un appui précieux lors de la planification du verdissement du campus et de l'activité de plantation sur le site de l'avenue Elm le 2 novembre dernier.

« C'est avec grand plaisir que le GRAME a pu contribuer au projet de plantation au centre Batshaw. Nous savons que d'impliquer les jeunes à la plantation de ces 40 arbres leur a permis de se sentir engagés et de développer leur sentiment d'appartenance au centre. C'est à travers ces interventions directes, en impliquant les jeunes leaders de demain à poser des gestes écoresponsables, que le GRAME participe au verdissement et à l'embellissement de ce milieu de vie, » constate Mme Élise Légaré-Hains, coordonnatrice des activités au verdissement du GRAME.

« La coopération avec GRAME a grandement facilité les efforts de notre communauté pour la préservation de notre couvert forestier, que ce soit sur des terrains privés ou publics. L'accès à des services de plantation d'arbres de qualité à prix inégalé et la solide expérience de l'équipe de GRAME nous ont permis d'augmenter la canopée urbaine de Beaconsfield, » affirme le maire Bourelle.

« Nous sommes très reconnaissants envers la Ville de Beaconsfield d'avoir rendu possible, en collaboration avec l'organisme GRAME, la plantation d'une quarantaine d'arbres.  En plus de verdir leur milieu de vie, l'activité a permis d'initier les jeunes à l'engagement écoresponsable et de les conscientiser aux bienfaits de la biodiversité dans leur environnement. Nous remercions chaleureusement nos partenaires pour leur participation financière et leur implication, » souligne M. Jean-François Miron, directeur général adjoint du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal.

À propos du GRAME

Le GRAME - Groupe de recommandations et d'actions pour un meilleur environnement - déploie des solutions environnementales en collaboration avec les citoyens, les communautés et organisations de même qu'avec les gouvernements, en intervenant sur le terrain, en déployant des programmes d'éducation et de sensibilisation et en émettant des recommandations ancrées dans la rigueur scientifique qui la caractérise depuis sa création. 

À propos des Centres Batshaw

Les Centres de la jeunesse et de la famille Batshaw (Centres Batshaw) sont constitués en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux. Leur mission est, entre autres, d'offrir des services psychosociaux, de réadaptation et d'intégration sociale, et de mettre à la disposition des enfants et de leurs familles des services en matière de placement d'enfants, d'adoption, de recherches des antécédents biologiques, de retrouvailles, d'expertise à la Cour supérieure et de médiation familiale. Depuis 2015, les Centres Batshaw font partie du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal.

plantation Batshaw 1

En raison des travaux effectués sur le réseau d'eau de Beaconsfield, il se peut que vous remarquiez que l'eau de votre robinet est brunâtre ou brouillée. Dans le cas où votre eau de robinet est altérée, veuillez la faire couler pendant quelques minutes jusqu'à ce qu'elle redevienne claire. L'eau est potable, et sa consommation ne présente aucun risque pour la santé. Cette situation pourrait perdurer pendant quelques jours encore. Nous vous prions de bien vouloir nous excuser pour les inconvénients que pourraient vous occasionner ces travaux.

La Ville de Montréal nous informe qu’une légère différence peut être dénotée dans l’odeur et le goût de l'eau potable provenant de l’usine de production de Pointe-Claire qui dessert le territoire de Beaconsfield.Cette situation épisodique est due à la présence d'algues dans le fleuve. Un traitement approprié est appliqué pour éliminer les algues de l'eau potable, mais un goût terreux peut persister le temps de renouveler l'eau qui circule.Il est important de noter que la situation actuelle ne représente aucun danger pour la santé. L’odeur et le goût de l’eau peuvent être atténués en plaçant des pichets au réfrigérateur.

Dans le cadre de la refonte de son réseau de bus et de la mise en service à venir du REM dans l’ouest de l’île de Montréal, la Société de transport de Montréal (STM) tiendra des séances de consultations publiques.

Pour chaque secteur, les citoyens et les citoyennes pourront faire entendre leur voix de deux façons, soit en participant à une séance de consultation virtuelle ou en se rendant sur le site Parlons-en.

La séance d'information virtuelle pour le secteur Pointe-Claire, Kirkland et Beaconsfield aura lieu le jeudi 27 octobre à 18 h 30 via Zoom. Cliquez ici pour vous inscrire..

Par le biais de la plateforme Parlons-en, les résidents et les personnes qui travaillent dans le secteur peuvent dès maintenant partager leur opinion et ont jusqu’au 13 novembre pour le faire. Concrètement, l’outil leur permet de :

  • Consulter l’information disponible, dont les séances d’information enregistrées et rendues disponibles quelques jours suivant leur tenue;
  • Commenter les propositions des autres, dont celles de la STM;
  • Proposer des idées et recevoir les commentaires d’autres participants;
  • S’informer des résultats de la consultation, lorsqu’ils seront disponibles.

Plus de détails sur la refonte du réseau de bus sont disponibles en ligne.

Source: stm.info

En raison d'une forte quantité de matériaux ramassés aujourd’hui, la collecte ne pourra pas être terminée dans certaines rues du secteur sud. Elle sera complétée demain.

Veuillez laisser les encombrants en bordure de rue.

Beaconsfield, le 21 septembre 2022 – Comme l'avaient prédit le maire Georges Bourelle, l'administration municipale et ses experts financiers, l'effet de l'augmentation des valeurs des propriétés du nouveau rôle triennal d'évaluation (2023-2025) fait doubler à quatre millions de dollars par année, l'injustice des surtaxes de l'Agglomération de Montréal pour les contribuables de Beaconsfield.

Le précédent rôle (2020-2022) avait intégré une taxe en trop de deux millions de dollars par année pour Beaconsfield. Le nouveau rôle ajoute un autre deux millions de dollars de plus par année.

« Notre poursuite était déjà rendue à six millions de dollars contre la Ville de Montréal et le Gouvernement du Québec. Avec le nouveau rôle, elle augmentera de plus de quatre millions de dollars par année pour chacune des trois prochaines années. Nos taxes payées en trop à Montréal représenteront dix millions de dollars en 2023, 14 millions de dollars en 2024 et 18 millions de dollars en 2025 avec ce nouveau rôle. On paie ces taxes en trop à Montréal sans aucun service supplémentaire », dénonce le maire Georges Bourelle.

Cette injustice a débuté en 2019 par l'adoption d'un arrêté ministériel différent des règles établies en 2008 pour les coûts des services régionaux, comme la police, le transport collectif, le service d'incendie, la production d'eau potable et le traitement des eaux usées. Le nouvel algorithme de calcul, devenu incomplet sans facteur de neutralité, a faussé l'équité historique établissant les quotes-parts des 16 villes de l'île de Montréal. La métropole, qui gère seule le budget de l'Agglomération, s'octroie un allègement de sa contribution au détriment de ses villes liées sur l'île.

Afin de protéger ses contribuables, l'administration de la Ville de Beaconsfield a entrepris des procédures judiciaires dès 2019. « Nous ajusterons nos réclamations pour corriger cette injustice parfaite chaque année tant que le Tribunal n'aura pas statué », rappelle le maire qui est aussi vice-président de la Commission sur les finances et l'administration à l'Agglomération de Montréal et ancien dirigeant de grandes entreprises.

Le nouveau rôle triennal cause le même impact pénalisant que le précédent pour Beaconsfield. Le marché immobilier effervescent des dernières années a provoqué des hausses moyennes de valeur de propriété de 32,4% sur l'île de Montréal. À Beaconsfield, la hausse moyenne est de 39,3%.

Le maire de Beaconsfield rappelle que son administration a fait toutes les démarches utiles et nécessaires pour régler cette surfacturation, autant auprès du Gouvernement du Québec que de la Ville de Montréal, avant de devoir entreprendre des procédures judiciaires afin de garantir les droits de ses contribuables et de protéger les citoyennes et citoyens de Beaconsfield.

« Il s'agit d'un non-sens et d'une injustice intolérable. Nous payons plus de taxes, sans services supplémentaires, pour un algorithme de calcul faussé. On constate encore mieux la justesse de notre démarche judiciaire aujourd'hui. Si nous n'avions pas agi en 2020, nous aurions perdu nos droits de recours, comme c'est le cas pour les autres villes de l'île. Le nouveau rôle prouve que la facture de l'injustice se perpétue chaque année et augmente à tous les trois ans pour s'y additionner. Ça n'a tout simplement pas de bon sens », déplore le maire Bourelle.

Beaconsfield, le 15 septembre 2022 – Le nouveau rôle d’évaluation triennal des propriétés sur l’île de Montréal, rendu public le 14 septembre dernier, montre encore une fois que la valeur des résidences à Beaconsfield augmente de manière très importante, soit en moyenne de 39,3 %, portant la valeur moyenne d’une résidence unifamiliale à 1 034 500 $.

« Beaconsfield fait partie du peloton de tête des sept villes sur l’île dont la valeur moyenne des propriétés est supérieure à un million de dollars. Ce nouveau rôle confirme l’enrichissement de tous les propriétaires fonciers de Beaconsfield qui voient la valeur de leur propriété augmenter plus vite que l’inflation », explique le maire Georges Bourelle.

Le maire de Beaconsfield se fait rassurant pour l’impact sur les taxes foncières. Il tient à préciser que la hausse moyenne de 39,3 % sera compensée par une réduction du taux de taxation afin d’en limiter l’impact sur les comptes de taxes municipales pour 2023.

« Le montant du compte de taxes est en majeure partie établi sur la valeur des propriétés conjuguée avec le taux de taxation. Si c’est le marché immobilier qui détermine la valeur des propriétés, sur lequel nous n’avons aucun contrôle, c’est le Conseil municipal qui détermine le taux de taxation. Même si l’équation n’est pas parfaite, nous travaillons, comme nous l’avons fait depuis les neuf dernières années, à en limiter les impacts en deçà du taux d’inflation », rappelle le maire Bourelle.

Cette rigueur administrative à Beaconsfield est d’autant plus remarquable que la moitié du budget municipal est déterminée par l’Agglomération de Montréal. Au cours des dernières années, la quote-part versée à Montréal a été impactée par des hausses supérieures au taux d’inflation. D’ailleurs, Beaconsfield a entrepris à ce sujet un recours judiciaire en 2020 – maintenant rendu à plus de six millions de dollars – contre la Ville de Montréal et le Gouvernement du Québec. Le litige tient à la manière pénalisante de fixer la somme que Beaconsfield doit remettre à Montréal chaque année.

« Comme à chaque dépôt du nouveau rôle, l’administration municipale est déjà à l’oeuvre pour réduire au maximum l’impact de la hausse de la valeur des propriétés pour contenir l’augmentation du prochain compte de taxes en dessous de l’inflation, qui représente la hausse du coût de la vie. Malgré la contribution pour les services régionaux trop élevée que nous devons verser à la Ville de Montréal, nous ferons tout ce qu’il faut pour préserver la capacité de payer de nos contribuables tout en maintenant des services de qualité qui contribuent à la qualité de vie au quotidien à Beaconsfield », assure le maire Bourelle.

Beaconsfield, le 25 août 2022 – C’est avec fierté que le maire Georges Bourelle, les membres du Conseil et monsieur Francis Scarpaleggia, député fédéral de Lac-Saint-Louis, ont procédé à l’inauguration du parc Briarwood dont les travaux ont été terminés à la fin du mois de juillet.

Les améliorations proposent un concept d’aménagement inclusif et contemporain qui facilite l'accès aux personnes de tous âges et de toutes capacités afin qu’elles puissent vivre une expérience répondant à leurs besoins et à leurs aspirations. Les modules de jeu choisis visent l’exploration tactile, motrice, cognitive et sensorielle. De plus, ce parc convivial offre une nouveauté à Beaconsfield : une aire de jeux d’eau!

Un contrat de 1 220 135 $ a été octroyé en juillet 2021 pour les aménagements au parc Briarwood. La Ville de Beaconsfield a obtenu une contribution non remboursable de 723 558 $, dans le cadre du Fonds canadien de revitalisation des communautés (FCRC) de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC).

« La Ville de Beaconsfield est très reconnaissante de cette opportunité de partenariat. Nous sommes heureux de pouvoir offrir aux résidents et résidentes l'opportunité de jouer et de s'exercer sur un terrain de jeu inclusif et de qualité. Ce parc profitera aux jeunes et moins jeunes du quartier, incluant la population de personnes handicapées et à mobilité réduite, qui pourra profiter des bienfaits du jeu en plein air », a souligné le maire Bourelle.

« Je suis ravi que Beaconsfield puisse bénéficier de ce soutien fédéral visant à aider les collectivités partout au pays à se remettre de la pandémie grâce à des investissements pour améliorer la qualité de vie des gens. La Ville de Beaconsfield est connue pour l’énergie qu’elle consacre à mettre à la disposition des gens des espaces publics de qualité, comme le parc Briarwood, où les citoyens peuvent se rencontrer, profiter des espaces ouverts et ressentir un fort sentiment d’appartenance », a déclaré le député Scarpaleggia.

 

À propos du FCRC

Le FCRC a été lancé en juin 2021. Une somme de 500 millions de dollars sur deux ans est versée aux agences de développement régional du Canada (ADR), dont 107 M$ à DEC pour investir dans des espaces publics communs et inclusifs au Québec. Alors que les restrictions en matière de santé publique s’atténuent, le gouvernement du Canada maintient son engagement d’investir dans des espaces communs afin de les rendre plus sûrs, plus verts et plus accessibles. Cela stimulera les économies locales, créera des emplois et améliorera la qualité de vie des Canadiens. Ce financement aide les communautés à :

  • adapter les espaces et les biens communautaires afin qu’ils puissent être utilisés en toute sécurité conformément aux directives locales de santé publique;
  • aménager ou améliorer des espaces communautaires afin d’encourager les Canadiens et les Canadiennes à s’impliquer de nouveau dans leurs communautés et régions et à les explorer.

 

 

briarwood inaug BVI

La population réfractaire au projet et à ses coûts trop élevés pour la Ville

Beaconsfield, le 23 août 2022 – Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, ainsi que les membres du Conseil municipal, ont rendu public hier le sondage et les résultats des consultations citoyennes qui montrent que la population est réfractaire au projet d’écran antibruit du ministère des Transports (MTQ) notamment à cause de ses coûts trop élevés.

Les données et la présentation du sondage par les experts qui l’ont réalisé sont maintenant accessibles sur le site web de la Ville à https://bit.ly/3AGSEdm (données) et https://bit.ly/2F4eOJp (présentation).

Le maire Bourelle a par ailleurs écrit d’urgence aux ministres des Transports et de la Santé et des Services sociaux à cause d’un avertissement sur un enjeu sanitaire lancé par la Direction de la santé publique de Montréal qui contredit les affirmations des experts de Transports Québec.

Pour mémoire, jusqu’en mai dernier, le ministère des Transports a toujours soutenu que le projet n’avait aucun lien avec un enjeu sanitaire mais visait à améliorer la qualité de vie pour les résidents vivant à proximité de la voie rapide, du côté sud. Même en assemblée publique, le 17 mai dernier, les responsables du ministère des Transports avaient assuré la population qu’il n’y avait aucune donnée concernant des enjeux de santé à Beaconsfield à cause de l’autoroute. Pourtant, en juin, un expert de la direction de la Santé publique, le docteur David Kaiser, affirmait le contraire en réponse aux démarches de citoyens et du maire Bourelle. Le docteur Kaiser – une sommité reconnue dans le domaine – assure que la santé des citoyennes et citoyens vivant à moins de 150 mètres, autant au nord qu’au sud de la voie rapide, est mise à risque à cause du bruit. Il est question de stress, de pertes de sommeil, d’enjeux cardiaques, etc.

« Devant ces nouvelles informations et positions contradictoires, j’ai écrit à deux reprises en juin et juillet aux ministres respectifs responsables des Transports et de la Santé, MM. François Bonnardel et Christian Dubé, pour leur demander des clarifications. Il faut savoir s’il y a, comme le docteur Kaiser l’affirme, un enjeu pour la santé de nos citoyennes et citoyens vivant à proximité de la 20.

« Cette question est devenue cruciale. Depuis des années, le projet du MTQ ne visait que l’aménagement d’un écran du côté sud de l’autoroute pour améliorer la qualité de vie des gens vivant au sud de l’autoroute. S’il y a un risque pour la santé, il concerne alors tout autant la population vivant au nord de l’emprise autoroutière », explique le maire Bourelle.

S’il s’agit d’un enjeu sanitaire, le projet devra alors être réalisé en totalité aux frais du gouvernement du Québec, dont c’est la responsabilité. Si ce n’est pas le cas, la Ville devrait assumer 25 % des coûts de l’écran antibruit aménagé seulement du côté sud, selon l’entente convenue en 2015 avec le MTQ. L’aménagement de l’écran est très onéreux, car il implique en plus le déplacement d’infrastructures majeures de télécommunications et d’utilités publiques.

Le projet est actuellement estimé à près de 60 millions de dollars. Si la Ville devrait en assumer 25 %, soit 15 millions de dollars, cela représente l’équivalent de la dette actuelle à long terme de la Ville. Le sondage scientifique montre qu’un tel financement n’est pas acceptable aux yeux de la population.

Compte tenu de l’enjeu sanitaire soulevé par le représentant de la santé expert en environnement, le maire mentionne qu’il a été décidé d’attendre les réponses des deux ministres afin de déterminer la suite de ce projet.

Au cours cette période, un représentant de la compagnie Compteurs Lecomte effectuera la lecture annuelle de votre compteur d’eau. Cette inspection est habituellement effectuée à l’extérieur de votre résidence.

Si une inspection à l’intérieur de votre maison est nécessaire, vous serez informés par un accroche-porte des démarches à suivre pour fournir la lecture du compteur via le site web de la compagnie.

De juillet jusqu'au 30 septembre, un représentant de la Ville de Montréal sillonnera les quartiers de Beaconsfield et de l’Ouest de l’Île afin de prélever des échantillons d’eau potable directement au robinet (des résidences).  Le représentant aura une carte d’identité officielle, un véhicule et un chandail de la Ville de Montréal et visitera les résidences pour pour procéder à la prise d’échantillons.  
 
Le règlement sur la qualité de l’eau potable oblige les municipalités à faire annuellement des échantillonnages d’eau potable dans leurs réseaux de distribution, chez les citoyens qui acceptent de participer. Les prélèvements sont ensuite analysés en laboratoire et les résultats envoyés au ministère de l’Environnement (MDDELCC). Les citoyens ayant participé à cette campagne recevront une lettre avec les résultats officiels du laboratoire de la Ville de Montréal à l'automne 2022.  

Accès à la rampe de mise à l'eau située à l'angle de Lakeview et de Lakeshore.  
Pour les embarcations nautiques non motorisées nécessitant une remorque seulement
Un permis est requis pour franchir la barrière donnant accès à la rampe de mise à l’eau.
Coût du permis : 100 $ pour l'année en cours
Clé : un dépôt de 100 $ est requis

Documents nécessaires :
Pour vous procurer un permis d’accès annuel, vous devez fournir les documents suivants :

  • Photo et certificat d’immatriculation de l'embarcation
  • Une preuve de résidence (Ex. permis de conduire, facture Hydro-Québec ou entreprise de télécommunication)
  • Permis de conduire du Québec

Vous devez vous présenter en personne au bureau des permis de l'Hôtel de Ville, 303, boul. Beaconsfield durant les heures d'ouverture, du lundi au jeudi, de 8 h à midi et de 13 h à 16 h 45, et le vendredi de 8 h à midi.

Modes de paiement acceptés :

  • Argent comptant
  • Carte de débit ou carte de crédit (MasterCard, Visa)

Pour plus de renseignements, écrivez à permis@beaconsfield.ca

 

 
Les embarcations légères permises sans frais :
  • Kayak
  • Canot
  • Planche à voile
  • Planche à pagaie 

À partir de la semaine du 30 mai jusqu’en septembre 
Des travaux importants incluant l’excavation, le changement de conduites, l’éclairage et l’installation de bornes électriques empêcheront l’accès aux espaces de stationnement habituels à proximité du Centre récréatif à compter de la semaine du 30 mai. Ces travaux s’échelonneront jusqu’à la fin septembre. L’accès au Centre récréatif se fera toujours par la porte principale malgré les travaux.

Les cyclistes pourront continuer à laisser leur vélo sur le support à vélos extérieur situé devant les portes du Centre récréatif. Le parc de planche à roulettes restera accessible durant les travaux.
Veuillez planifier arriver à l’avance avant votre activité afin d’éviter les retards.

Espaces alternatifs
Afin de limiter les désagréments causés par ce chantier, la Ville a créé des espaces de stationnement temporaire dans l’espace vert situé au nord du Centre récréatif. Veuillez suivre les indications appropriées pour les entrées et sorties et respecter les cases désignées.

Des espaces de stationnement pour personnes handicapées et à mobilité réduite seront aménagés temporairement le long de la rue City Lane devant le Centre récréatif. 

remise cheque ukraine bviLe 12 mai 2022 – Au terme de la campagne de levée de fonds au profit du Fonds humanitaire pour l’Ukraine établi par la Fondation Canada-Ukraine et le Congrès des Ukrainiens Canadiens, le maire de Beaconsfield, M. Georges Bourelle, a remis un don de 31 865 $ au consul honoraire d’Ukraine à Montréal, M. Eugène Czolij, lors de sa visite officielle à l’Hôtel de Ville le 11 mai dernier.
 
Rappelons que la population de Beaconsfield a été invitée à contribuer à la collecte de fonds qui s’est terminée le 14 avril dernier. Outre le montant de 10 000 $ approuvé par le Conseil, la Ville a également versé une contribution égale aux dons de la population pour un maximum de 20 000 $. Les citoyennes et citoyens ont donc généreusement donné 11 865 $.
 
 « Au nom du Conseil, je réitère notre solidarité au peuple ukrainien et à la communauté ukrainienne du Québec. Nous sommes de tout cœur avec toutes celles et tous ceux dont la vie a été complètement chambardée par cette guerre », a souligné le maire Bourelle.
 
« Je suis sincèrement très reconnaissant pour cet acte de grande générosité et d’appui significatif au peuple ukrainien, victime d’une guerre non-provoquée », s’est réjoui M. Czolij.
 
Il est encore possible de contribuer à une collecte de fonds en ligne que la Fondation Canada-Ukraine a mise en place pour venir en aide aux millions de familles ukrainiennes déplacées par cette guerre à canadahelps.org/fr/dn/70605 (Canada-Ukraine Foundation). 

Le 31 mars 2022 - Soucieuse de mettre en valeur la propriété de la marina Centennial et le parc adjacent à celle-ci, la Ville a autorisé le dépôt d’une demande de subvention révisée pour ce projet phare dans le cadre du programme Aide au développement des infrastructures culturelles du ministère de la Culture et des Communications (MCC) lors de la séance du Conseil du 28 mars.

La demande de subvention originale a été déposée en 2021 afin d’entamer les premières étapes pour réaliser ce projet de revitalisation qui inclut la construction d'un nouveau centre multifonctionnel situé sur la propriété de la marina. À la suite de discussions avec les représentants du ministère, le projet a été révisé afin d’augmenter la polyvalence des espaces, de limiter l’empreinte au sol tout en mettant en valeur le caractère naturel du site, et de fournir une estimation qui reflète les conditions actuelles du marché.
 
Grâce à cet exercice, la superficie totale du bâtiment a été réduite de 31 %, avec un coût révisé du projet de 15 599 000 $ pour la construction du nouveau centre ainsi que l’aménagement paysager attenant. Pour un début de construction potentiel en 2024, cet estimé comprend un taux d'inflation de 6,1 % pour 2022 et un taux de 4,2 % pour 2023. Le coût révisé pour les honoraires professionnels, équipements, et autres dépenses est estimé à 4 035 000 $. Selon les conditions du programme Aide au développement des infrastructures culturelles, la Ville demande une subvention de 3 038 209 $. Elle espère ainsi recevoir une réponse à la demande de subvention au courant de l’automne 2022.
 
Le projet de revitalisation répond aux critères d’autres programmes d’aide financière pour lesquels des demandes de subvention seront déposées à la suite de l’acceptation par le MCC. Une campagne de levée de fonds auprès de donateurs privés est également prévue.
 
La contribution de la Ville sera financée par une combinaison de mesures qui incluent l’utilisation d’un règlement d'emprunt, des réserves et des surplus disponibles au moment de la mise en oeuvre du projet.
« Ces contributions publiques et privées sont essentielles afin de respecter la capacité financière des contribuables tout en permettant la réalisation d’un projet de qualité pour le bénéfice de toute la collectivité. Les consultations participatives tenues en 2019 ont permis de dégager des consensus clairs que ces sites exceptionnels doivent être revitalisés, que cette initiative est porteuse du développement durable et de la qualité de vie de notre ville », souligne le maire Bourelle.
 
Lancé en 2018, le projet Imaginons L’ESPACE est encadré par une vision précise: revitaliser cet espace riverain qui allie culture, loisirs et nature, et ce, avec la collaboration des résidents de Beaconsfield. À la suite des consultations qui ont entre autres mis en lumière des lacunes au niveau de la bibliothèque, notre carrefour communautaire le plus fréquenté de la Ville, le comité d’orientation du projet a émis en 2019 une série de recommandations. Parmi celles-ci :
 
  • La propriété de la marina devra être intégrée au parc Centennial;
  • Le réaménagement du parc Centennial devra préserver son caractère naturel;
    La construction d’un centre multifonctionnel (incluant une bibliothèque et des salles communautaires) servira de point d’ancrage au site, permettant à notre communauté d’apprécier cet espace riverain unique.
Le 17 février 2022 – La Commission municipale du Québec (CMQ) a mené en 2021 auprès de cinq municipalités un audit de conformité pour déterminer le respect de certaines dispositions législatives et réglementaires relativement à la publication de documents et de renseignements de contrats au Système électronique d’appel d’offres (SÉAO) du gouvernement du Québec. L’audit visait également à vérifier que les municipalités publient sur leur site Internet des renseignements concernant la liste des contrats conclus comportant une dépense d’au moins 25 000 dollars.
 
À la suite de l’audit de conformité par la CMQ, la Ville de Beaconsfield a obtenu un résultat de 96 %. La Ville a participé de manière diligente et avec rigueur à cet audit et reçoit avec une très grande ouverture le rapport d’audit préparé par l’équipe de la CMQ. Du processus de publication jusqu’à l’adjudication du contrat, Beaconsfield fait figure de première de classe et atteste de la qualité et la robustesse des procédures de contrôle en place pour ses appels d'offres en lien avec la réalisation de travaux, de mandats professionnels et d'achat de biens et services. « Nous sommes très satisfaits de constater que le résultat global est rassurant et que la Ville est en conformité pour la très grande majorité des éléments audités. » explique le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle. 
 
La Ville a fourni toute l’information disponible et requise au meilleur de ses connaissances pour permettre le bon déroulement et les conclusions de cet audit et prend acte des quelques modifications à effectuer afin de bonifier ses contrôles internes. « Ce rapport d'audit de la CMQ confirme que l'administration travaille avec efficacité et efficience, pour l'ensemble de la population de Beaconsfield. » explique le directeur général, Patrice Boileau. 
 
La Ville de Beaconsfield tient à remercier le personnel de la CMQ pour son professionnalisme et ses commentaires constructifs qui lui permettra d’ajuster ses pratiques dans un esprit d'amélioration et au bénéfice de toutes les parties prenantes.  
 
montreal 2022 francaisEncore une fois, nous sommes fiers d'annoncer que la Ville de Beaconsfield a été nommée l'un des meilleurs employeurs de la région de Montréal en 2022.
 
Pour la troisième année consécutive, les rédacteurs de Canada's Top 100 Employers nous ont choisis en fonction de critères tels que notre aide en planification de la retraite, notre soutien en matière de congé parental et nos politiques de congés de maladie et personnels. Nos modalités de travail flexibles, nos subventions de frais de scolarité et nos occasions de formation interne nous distinguent en tant qu'employeur de choix.
 
Trouvez les détails de notre nomination au reviews.canadastop100.com dans la section “Montréal's Top Employers” (anglais seulement). 

Le 18 janvier 2022 – Alors que le conseil municipal de la Ville de Montréal s’apprête à adopter officiellement vendredi son budget 2022 de 6,46 milliards de dollars, la municipalité de Beaconsfield augmente sa poursuite pour les taxes payées en trop pour les services régionaux de l’Agglomération à 6 millions de dollars.

« Pour nous, il s’agit d’une question d’équité fondamentale. Il en coûte à nos citoyennes et citoyens 2 millions de dollars de plus par année depuis trois ans, pour aucun service supplémentaire, alors que Montréal, pour ces mêmes années, fait baisser sa contribution et obtient plus de services. Cette situation va à l’encontre même des principes de la fiscalité municipale du Gouvernement du Québec : chaque contribuable contribue au coût des services en fonction des bénéfices qu’il en reçoit », mentionne, de nouveau, le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle.

Cette injustice a débuté en 2019 par l’adoption d’un arrêté ministériel différent des règles établies dans l’entente de 2008 pour la reconstitution des villes à la suite des défusions de 2006. Le nouvel algorithme de calcul, devenu incomplet sans facteur de neutralité, a faussé l’équité historique établissant les quotes-parts des 16 villes de l’île de Montréal pour les coûts des services régionaux, comme la police, le transport collectif, le service d’incendie, la production de l’eau potable et le traitement des eaux usées.

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a tenté en 2020 et en 2021 de trouver des solutions consensuelles avec Montréal, sans succès. Montréal s’y oppose. « Toutes propositions qui rétabliraient l’équité et la justice augmenteraient du coup la contribution de Montréal et réduiraient la nôtre. C’est la seule raison pour laquelle la Ville de Montréal s’y oppose obstinément », explique Monsieur Bourelle.

Le maire de Beaconsfield rappelle que son administration a fait toutes les démarches utiles et nécessaires pour régler cette surfacturation, autant auprès du Gouvernement du Québec que de la Ville de Montréal, avant de devoir entreprendre des procédures judiciaires afin de garantir les droits et protéger les citoyennes et citoyens de Beaconsfield.

L’injustice va s’aggraver

Le maire Georges Bourelle relève de plus que l’injustice vécue par Beaconsfield et, conséquemment, par les villes liées à forte densité résidentielle de l’île de Montréal, va s’aggraver avec l’augmentation des valeurs des propriétés, qui seront inscrites dans le prochain rôle triennal (2023, 2024, 2025) d’évaluation des immeubles. Les experts projettent une hausse moyenne des valeurs de 30% pour le secteur résidentiel et peu de changement pour les immeubles commerciaux et industriels. Cela pénalise particulièrement les villes de Beaconsfield, Westmount, Mont-Royal, Hampstead, Kirkland, Dollard-des-Ormeaux et Montréal-Ouest.

« Cette injustice est intolérable. Il est inconcevable de payer plus de taxes, sans services supplémentaires, juste à cause d’un algorithme de calcul faussé qui rend inéquitable le partage des coûts de services régionaux. Cela réduit, sans raison, la contribution des villes comptant de nombreux commerces et industries au détriment des villes où ce sont la majorité des citoyennes et citoyens qui paient des taxes municipales », conclut le maire Georges Bourelle.

 

Veuillez consulter le mémoire et la demande d'introductive d'instance en contrôle judiciaire déposée en Cour supérieure et ses modifications (en français seulement) :
 
Le 15 juin 2021 – Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, ainsi que les membres du Conseil municipal, réaffirment officiellement l’importance du statut de ville bilingue pour la communauté de Beaconsfield comme gage de multiculturalisme, d’inclusion, de tolérance et de compréhension dans une société généreuse.
 
En adoptant hier soir à la séance du Conseil une résolution en ce sens, le maire et les membres du Conseil municipal confirment cet état de fait dans la foulée du projet de loi 96 du gouvernement du Québec pour la protection de la langue française.
 
« Pour nous, cette résolution est porteuse d’un message important confirmant l’esprit de la communauté à l’effet que l’anglais, comme le français, ont forgé notre société et continuent d’unir notre communauté dans un environnement social inclusif, tolérant et généreux, ouvert et multiculturel », observe le maire Georges Bourelle.
 
Le statut bilingue de la Ville était déjà confirmé, même avec le projet de loi 96, puisqu’à l’occasion du plus récent recensement de Statistiques Canada, plus de 55 % de la population de Beaconsfield déclarait l’anglais comme langue maternelle.
 
Le projet de loi 96 permet aux villes de maintenir leur statut bilingue actuel, même avec moins de 50 % de la population de langue anglaise, pourvu que le Conseil municipal adopte une nouvelle résolution à cet égard.
 
 
Augmentation de 25,9 % de la valeur moyenne des propriétés 
 
« Nous allons contenir les hausses de taxes 
autour de l’indice de l’inflation »
                                       - Maire Georges Bourelle
 
Le 13 septembre 2019 – Même si la valeur des propriétés à Beaconsfield a connu l’une des plus fortes croissances de la région de Montréal au cours des trois dernières années avec une moyenne de 25,9 %, l’impact sur le prochain compte de taxes municipales sera limité autour de l’indice du taux d’inflation, soit environ 2 %, pour la taxe foncière locale.
 
La valeur moyenne des maisons unifamiliales à Beaconsfield, établie par le service d’évaluation de l’Agglomération de Montréal, est passée de 571 900 $ à 732 800 $. Il s’agit d’un écart de 130 000 $ de la valeur moyenne des maisons unifamiliales sur l’île de Montréal, fixée à 600 900 $.
 
« C’est une excellente nouvelle. Cette hausse considérable de la valeur de nos maisons signifie, concrètement, que nous nous sommes tous enrichis. C’est important, car, pour la majorité d’entre nous, notre maison constitue notre patrimoine le plus important », explique le maire Georges Bourelle.
 
Le maire Bourelle tient aussi à rassurer la population que le prochain compte de taxes municipales, en 2020, sera ajusté autour de l’indice des prix à la consommation, soit environ 2 %, pour la taxe foncière locale, soit la portion contrôlée par l’administration municipale de Beaconsfield, alors que l’autre portion relève strictement de l’Agglomération de Montréal.
 
« Notre rôle de gestionnaires publics est de nous assurer de préserver la capacité de payer des contribuables. C’est ce que nous avons fait au cours des sept dernières années, tout en réalisant l’entretien de nos infrastructures, de nos rues, de nos parcs et en continuant à améliorer nos services et notre offre. C’est ce que nous continuerons à faire, malgré les hausses inscrites dans le nouveau rôle d’évaluation », précise Monsieur Bourelle.
 
Le rôle d’évaluation triennal de l’Agglomération détermine la valeur marchande des propriétés sur l’île de Montréal, dont à Beaconsfield. Toutefois, le compte de taxes est composé de plusieurs éléments pour en déterminer la valeur, dont l’évaluation des propriétés. 
 
« Nous allons pondérer cette importante hausse des valeurs de 25,9% en réduisant le taux de taxation en conséquence. Comme les hausses d’évaluation varient selon chaque propriété, certains propriétaires verront leur compte de taxes ajusté au taux d’inflation, d’autres de façon légèrement supérieure, d’autres de manière légèrement inférieure », conclut le maire.
 
 

Une modification au Règlement BEAC-033 sur les nuisances a été adoptée par le Conseil lundi.

Cette modification prohibe l'utilisation d'un souffleur à feuilles du 1er juin au 30 septembre et prendra effet l'année prochaine.

La documentation pertinente par rapport à cette modification peut être consultée ci-dessous:

211Un service d’information et référence disponible 7 jours par semaine, de 8 h à 18 h, 365 jours par année qui sera, à terme, ouvert 24 heures par jour.
 
Le 211 rend également disponible sur le web toutes les informations sur les ressources sociocommunautaires. Toutes les informations sur les sites 211 sont mises à jour annuellement en collaboration avec les organismes.
 
Le 211 est  un éclaireur auprès des gouvernements et décideurs, qui par l’analyse des statistiques d’appels et de fréquentation du site Web, permet de suivre l’évolution des besoins sociaux et de déterminer les ressources manquantes pour y répondre.
 
Le  service 211 permet de combattre la pauvreté et l’exclusion sociale, en permettant aux gens aux prises avec des besoins sociaux non urgents d’être informés rapidement sur les ressources sociocommunautaires de proximité qui leur viendront en aide, et donc de pouvoir trouver les solutions pour se sortir d’une situation précaire
 
Le 211 est un service gratuit et grandement accessible notamment pour les personnes démunies, aînées et les nouveaux arrivants 
 
 

sewer grate 2sewer grate rectLe service des Travaux publics a remarqué que certaines conduites d’égouts dans votre secteur sont bloquées par l’accumulation de petites branches et autres menus débris qui ne peuvent s’y retrouver que par une insertion volontaire dans les trous des regards.  Récemment, l’accumulation de ces débris a causé de nombreux refoulements d’égouts.

Nous sollicitons votre coopération pour enrayer ce problème récurrent dans votre secteur en vous demandant d’informer vos enfants et qui conque vous pourriez apercevoir insérer des débris dans les trous des regards des conséquences de cette pratique.

Nous vous remercions de votre collaboration.

 

La Ville de Beaconsfield a un système d'appels automatisés, CodeRED, afin d'être en mesure d'aviser les citoyens en cas d'urgence. Il s'agit d'un système efficace qui permet de rejoindre un très grand nombre de personnes en très peu de temps et qui pourra être déployé dans un secteur précis, même une rue, si, par exemple, un bris d'aqueduc forçait une interruption de l'alimentation en eau potable. Dans d'autres cas, les autorités pourraient y avoir recours lors d'un accident environnemental, d'une fuite de gaz, ou d'autres situations d'urgence. L'avis pourrait alors inclure des consignes à suivre.

Votre numéro de téléphone est confidentiel, vous possédez seulement un cellulaire ou vous avez emménagé au cours des derniers mois ?
La base de données du système CodeRED contient présentement les numéros de téléphone des lignes terrestres sur notre territoire. Lors d'une situation d'urgence, les citoyens sont avisés grâce à un appel téléphonique soit à la maison, soit sur le cellulaire, ou aux deux numéros. Si votre numéro de téléphone n'est pas inscrit, vous ne recevrez pas d'appel. Le système d'appels automatisés CodeRED offre aux individus et aux entreprises la possibilité d'ajouter leurs propres numéros de téléphone résidentiels ou cellulaires directement dans la base de données du système. Cette procédure est possible via notre site web en cliquant sur le bouton CodeRED.

Affichage de l'appelant

Lorsque vous voyez le numéro 866 419-5000 sur votre afficheur, vous saurez que l'appel provient de la Ville. Si vous souhaitez entendre le dernier message qui a été livré sur votre ligne téléphonique, composez ce numéro à nouveau.

Ce projet vient bonifier d'autres procédures déjà établies dans le plan des mesures d'urgence de la Ville pour assurer une meilleure efficacité lors des situations d'urgence.