Quoi de neuf

Afin d’aider ses citoyennes et citoyens à faire face aux enjeux économiques liés à la pandémie de la COVID-19, le maire Georges Bourelle et les membres du Conseil annoncent que les dates limites pour le paiement des taxes municipales à Beaconsfield seront reportées cette année : le premier versement sera dû pour le 26 mai et le second pour le 25 août.

Habituellement, les paiements doivent se faire en février et en mai.

Dans la foulée des restrictions annoncées par le premier ministre du Québec le 6 janvier dernier, la Ville de Beaconsfield met en place des mesures préventives pour ralentir la propagation de la COVID-19. Celles-ci seront en vigueur à compter du samedi 9 janvier jusqu’au lundi 8 février : 
 
  • L’Hôtel de Ville demeurera ouvert sans rendez du lundi au jeudi, de 8 h à 16 h 45 et le vendredi, de 8 h à midi.

  • Le service de l’urbanisme sera fermé au public. Il sera possible de prendre rendez-vous pour les urgences seulement par téléphone au 514 428-4400, poste 4430 ou par courriel à permis@beaconsfield.ca.

  • L’édifice des Travaux publics restera ouvert sur rendez-vous seulement. Le site de dépôt sera ouvert selon les heures d’ouverture habituelles.

  • Le Centre récréatif sera fermé au public. La période d’inscription pour les programmes et activités de loisirs pour la session d’hiver est reportée à une date ultérieure.

  • Le parc à chiens sur Elm demeure ouvert. Nous vous rappelons de respecter la distanciation physique de deux mètres entre les gardiens de chiens en tout temps.

  • La bibliothèque maintient son service de prêt sans contact selon l’horaire ci-dessous débutant le 11 janvier :
 
Lundi : 10 h à 17 h
Mardi : 10 h à 17 h
Mercredi : 13 h à 19 h 30
Jeudi : 13 h à 19 h 30
Vendredi : 10 h à 17 h
Samedi : 10 h à 17 h
Dimanche : 10 h à 17 h
 
 
La bibliothèque offrira bientôt des espaces pour étudier aux étudiants qui n’ont pas accès à Internet à la maison – détails à venir.
 
 
  • Les patinoires extérieures sont ouvertes avec un nouvel horaire :
    • Les patinoires Heights et Christmas seront ouvertes de 8 h à 19 h 30. Nouvelle restriction : Hockey en solo OU par personnes de la même bulle familiale qui vivent ensemble dans le même lieu de résidence. Une limite de 16 patineurs s’applique.
    • Les patinoires pour le patinage libre seront ouvertes de 7 h à 19 h 30. Une limite de 25 patineurs s’applique.

Consultez la page web des patinoires extérieures pour plus de détails.

 

Pour être à l’affût des mesures entreprises par la Ville, consultez notre page web Covid-19.
 
Pour les détails concernant le nouvelles mesures sanitaires pour contrôler la deuxième vague, dont la mise en place d'un couvre-feu par le gouvernement du Québec, visitez quebec.ca

 

 

 
  • Apportez votre sapin au dépôt des Travaux publics situé au 300, Beaurepaire, durant les heures d’ouverture.
  • Laissez votre sapin, durant le mois de janvier, à l’endroit désigné dans l’un des dix parcs mentionnés ci-dessous.
  • Gardez votre sapin sur votre terrain en retrait jusqu’à la collecte printanière des branches.

 

Veuillez noter qu’aucune branche ou sapin ne sera ramassé lors de la collecte des ordures ménagères. Il est interdit de les laisser en bordure de rue durant l’hiver.

 

EMPLACEMENT DES CHALETS DES PARCS 

  • Beacon Hill - 100, Harwood 
  • Briarwood - 50, Willowbrook 
  • Christmas - 424, Beaconsfield 
  • Drummond - 200, Beaurepaire
  • Rockhill - 540, Beaurepaire 
  • Shannon - 340, Preston
  • Beaconsfield Heights - 225, Evergreen 
  • Windermere - 303, Sherbrooke
  • Taywood - 121, Taywood 
  • Montrose - au nord du stationnement

Nous vous rappelons qu'il est interdit de stationner dans les rues de Beaconsfield la nuit entre 2 h et 6 h. Cette interdiction s’applique quelles que soient les conditions météorologiques.

 

À partir de janvier 2021, la Ville de Beaconsfield réalisera un projet-pilote sur la rue Elm pour évaluer les protocoles d’entretien de la piste cyclable. Ainsi, elle déneigera et déglacera la piste cyclable d’est en ouest, en période de gel seulement, et en dernier lieu, une fois les opérations d’enlèvement de la neige sur les rues principales soient terminées. Un délai de 3 jours est donc prévu avant le déneigement de la piste cyclable suite à une tempête. 

Nous espérons que les amateurs du vélo d’hiver se réjouissent de cette nouvelle.

Automobilistes, piétons et cyclistes : vous êtes invités à faire preuve de courtoisie et de vigilance.

Beaconsfield double sa réclamation à la Ville de Montréal à 4 M$

 
Le 16 décembre 2020 – Le maire Georges Bourelle et les membres du conseil municipal doublent la réclamation de Beaconsfield à la Ville de Montréal à 4 millions de dollars pour les taxes payées en trop à l’Agglomération en 2020 et 2021 à cause d’une erreur dans l’algorithme de calcul pour l’établissement des quotes-parts régionales.
 
« Nous avons fait œuvre utile durant toute l’année 2020 pour faire autant la démonstration que les représentations utiles auprès du gouvernement du Québec et la Ville de Montréal afin que l’omission du facteur de neutralité dans l’algorithme de calcul soit corrigée. Cette erreur nous a coûté 2 millions de dollars en trop en 2020 pour absolument rien. La même erreur est reproduite pour 2021 », déplore le maire Georges Bourelle.
 
Les services de l’agglomération concernent les services régionaux administrés par Montréal pour toute l’île, comme, entre autres, les services de police, de pompiers, de la production d’eau potable et de traitement des eaux usées, l’enfouissement des matières résiduelles ainsi que des transports collectifs.
 
Le maire Bourelle rappelle que les villes liées à Montréal n’ont aucun pouvoir décisionnel ni aucune influence concernant ces services et leurs coûts sous le contrôle unique de Montréal.
 
L’administration avait mandaté en début d’année l’avocat Marc-André LeChasseur, de la firme Bélanger Sauvé, une sommité reconnue dans le droit municipal au Canada, pour étudier les recours possibles. Avec la réclamation qui double en 2021, la Ville s’adjoint les services d’experts en litige, soit Me Jacques Jeansonne et Me Jean-François Towner, de l’étude Jeansonne avocats.
 
Avec plus de 4 millions de dollars à réclamer et le risque que cette surfacturation se reproduise chaque année à venir, le maire et les membres du conseil municipal estiment que toutes les mesures nécessaires doivent être prises pour protéger les droits des citoyennes et citoyens contre cette injustice. Les honoraires professionnels seront inférieurs à 100 000 $ pour récupérer ces millions.
 
« Nous avons fait toutes les représentations politiques et administratives nécessaires au cours des douze derniers mois pour que cela se règle autrement que devant les tribunaux. Nous continuerons à le faire. Mais nous agirons aussi pour protéger et faire respecter nos droits », conclut le maire Bourelle.
 

Gel de taxes pour toutes les propriétés résidentielles

 
Le 16 décembre 2020 – Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, est heureux d’annoncer un gel de taxes locales pour toutes les propriétés résidentielles tout en permettant à 92 % des commerces de bénéficier d’un taux global de taxation inférieur au taux d’inflation malgré la hausse des coûts des quotes-parts à l’Agglomération de Montréal.
 
« Ces résultats sont d’autant plus satisfaisants qu’ils ont été obtenus dans un contexte particulièrement difficile alors que la pandémie a bouleversé autant nos vies personnelles que professionnelles », explique le maire Georges Bourelle.
 
L’administration a ainsi dû revoir d’urgence en mars toutes ses façons de faire pour garantir le maximum de services municipaux et d’activités dans le respect des consignes sanitaires tout en veillant à la santé et la sécurité de toutes et de tous. 
 
« Le gel des taxes locales montre la rigueur de l’administration municipale pour garantir une gestion robuste des finances de la Ville afin de respecter la capacité de payer des citoyennes et citoyens », relève M. Bourelle. 
 
L’exercice administratif est d’autant plus demandant que l’administration n’a aucun contrôle sur les dépenses régionales gérées par la Ville de Montréal qui représentent la moitié du budget de la municipalité. De plus, ces dépenses pour les services régionaux augmentent au-delà de l’inflation.
 
Il faut aussi ajouter que Beaconsfield subit pour une deuxième année consécutive un trop-perçu de 2 M$ de la Ville de Montréal pour les services de l’agglomération. Ce trop-perçu a été créé à cause d’une erreur dans l’algorithme de calcul pour déterminer les quotes-parts de chacune des 15 villes liées à Montréal sur l’île, dont Beaconsfield fait partie.
 
« Nous devons assumer ces hausses de coûts des services régionaux alors que nous maintenons des services de qualité à Beaconsfield tout en en contrôlant les coûts. C’est un exercice aussi difficile qu’exigeant, mais d’autant plus satisfaisant quand on voit les résultats obtenus », conclut le maire Bourelle.
 
Le maire ainsi que les membres du conseil municipal tiennent à souligner l’excellence du travail de tout le personnel de la Ville et à exprimer leurs remerciements pour ces résultats réalisés dans le contexte difficile de la pandémie.
 
 
 
 
 
 

Afin de réduire la quantité de déchets à l'enfouissement, il est conseillé de porter des masques réutilisables, en veillant à les changer et à les nettoyer adéquatement.

Si vous optez pour un masque jetable, vous devez le jeter correctement à la poubelle et ne pas le jeter dans la rue, où il deviendrait un potentiel foyer de contamination et pourrait polluer l'environnement. Vous pouvez aussi les entreposer de manière sécuritaire jusqu’au printemps pour les disposer lors des Journées de déchiquetage (voir calendrier des collectes 2021).

Pour en savoir plus, visitez canada.ca

Beaconsfield se démarque par ses pratiques écoénergétiques

 

L’outil de référence mesure où une communauté se situe par rapport aux pratiques exemplaires canadiennes sur dix mesures qui, prises ensemble, constituent les caractéristiques essentielles d'une collectivité écoénergétique.

La Ville de Beaconsfield est l'une des neuf communautés pilotes ayant participé à l'outil de référence et a reçu la note la plus élevée pour le total global des 10 indicateurs (à égalité avec London, Ontario).

Chaque mois, QUEST met de l’avant un nouvel indicateur et les meilleures pratiques respectives des villes participantes. En décembre 2020, ils partagent celles de l'indicateur de l’aménagement du territoire.

Vous voulez découvrir les meilleures pratiques de Beaconsfield pour cet indicateur? Vous les trouverez aux pages 27 à 31 du Benchmark de Beaconsfield.

Consultez le Benchmark de Beaconsfield.

Découvrez les meilleures pratiques de toutes les villes participantes sur les réseaux sociaux de QUEST (en anglais seulement).

LinkedIn

Twitter

Facebook

Découvrez l'Outil de référence Collectivités écoénergétiques : https://smartenergycommunities.ca/fr/highlights/

 

Le 15 novembre 2020 – Le maire de Beaconsfield, Georges Bourelle, annonce que la municipalité entreprend des procédures judiciaires pour réclamer au gouvernement du Québec et à la Ville de Montréal les quelque 2 M$ perçus en trop par année pour les services de l’agglomération de Montréal à partir de 2020.
 
Ce trop-perçu a été causé par un changement dans l’algorithme pour l’établissement des quotes-parts des 16 villes liées sur l’île de Montréal pour les services régionaux, tels que la police, le transport collectif, l’eau, etc., qui a pénalisé les villes à plus forte densité résidentielle.
 
« Après une année complète de discussions avec le Gouvernement du Québec et la Ville de Montréal pour tenter de trouver une solution juste pour nos citoyennes et nos citoyens, nous sommes confrontés à une fin de non-recevoir qui nous oblige à faire respecter nos droits devant les tribunaux », explique le maire Bourelle.
 
Cette démarche le désole d’autant plus que la démonstration est claire et nette. « L’élimination erronée du coefficient de neutralité dans la formule d’établissement des quotes-parts a fait en sorte que nous avons payé 2 M$ de plus en taxes à Montréal pour absolument rien. La démonstration a été clairement faite, mais aucune correction n’a été apportée », déplore le maire Bourelle.
 
Malgré la demande de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, les discussions sérieuses conduites par l’administration de Beaconsfield n’ont pas suffi pour infléchir ni le gouvernement ni l’administration de Montréal pour corriger cette pénalité financière dont les contribuables de Beaconsfield ont été victimes. 
 
« En gestionnaires publics responsables, quand on commet une erreur de bonne foi, on doit la corriger de la même manière. C’est ce que le gouvernement et l’administration de Montréal auraient dû faire », estime M. Bourelle.
 
Les deux versements de la quote-part de Beaconsfield à l’agglomération de Montréal en 2020 ont été réalisés sous protêt afin de pouvoir récupérer les 2 M$ perçus en trop.  L’avocat  Marc-André LeChasseur, expert en droit municipal au cabinet Bélanger Sauvé et Professeur à l’Université McGill, a été mandaté par le conseil municipal en février dernier dans ce dossier.
 
 

Compte tenu que la Ville de Beaconsfield est en zone rouge COVID-19 et dans le respect des directives relatives à la santé et sécurité, le Conseil a rescindé la résolution 2020-09-288 (Élection partielle du 6 décembre 2020 pour le district 6 - budget prévisionnel de 92 000 $ et grille de rémunération) et la résolution 2020-09-317 (Avis de vacance au poste de conseiller municipal du district 6) lors d’une séance extraordinaire du Conseil tenue le 9 octobre 2020.

En conséquence, la Ville ne tiendra pas d’élection partielle pour pourvoir au poste de conseiller du district 6, suite au décès du conseiller Gardner. La Ville de Beaconsfield est ainsi dans une situation similaire à d’autres municipalités au Québec qui n’ont pas eu à pourvoir une vacance puisque le conseil détient le quorum et qu’il ne s’agit pas d’une vacance au poste de maire.
 
Le Conseil est cependant soucieux et conscient que les résidents du district 6 ont le droit et s’attendent à être représentés adéquatement. Ainsi, le maire Bourelle s’engage à être le lien direct avec les résidents du district 6, appuyé de tous les conseillers, afin de maintenir les suivis usuels auprès de ces résidents. On peut joindre le maire Bourelle comme suit :

L’ordre du jour de la séance peut être consulté sur le site web de la Ville.
 
La séance extraordinaire du Conseil peut être visionnée en différé.

Le 17 septembre 2020 – Le Conseil municipal demande d’importantes subventions fédérales, provinciales et des contributions de donateurs privés pour permettre la revitalisation du parc Centennial et de la propriété Lord Reading afin d’y intégrer un centre multifonctionnel, doté d’une bibliothèque, d’y favoriser l’accès par transport actif et de déplacer son stationnement en bordure du boulevard Beaconsfield.
 
« Les consultations participatives tenues en 2019 ont permis de dégager des consensus clairs à l’effet que ces sites exceptionnels doivent être revitalisés, que les projets sont porteurs de développement durable et de qualité de vie, mais que leur réalisation est tributaire d’aides des gouvernements supérieurs et de donateurs privés », précise le maire Georges Bourelle.
 
L’administration de la Ville entend ainsi réduire de manière substantielle la part financière municipale en obtenant des subventions des gouvernements supérieurs pour les deux tiers des coûts. Une réduction supplémentaire de la contribution de la Ville sera obtenue par l’organisation d’une campagne de levée de fonds auprès de donateurs privés. 
 
« Ces contributions publiques et privées sont essentielles pour garantir l’exécution de ce projet afin de respecter la capacité de payer des contribuables tout en permettant la réalisation d’un projet de qualité », explique le maire Bourelle.
 
En ce sens, le Conseil municipal présentera quatre demandes spécifiques de contribution financière au Fonds municipal vert de la Fédération canadienne des municipalités, au Fonds du Canada pour les espaces culturels du ministère du Patrimoine canadien, au Programme d’aide aux immobilisations du ministère de la Culture et des Communications ainsi qu’au programme ÉcoPerformance de Transition énergétique Québec.
 
Une fois que le projet de revitalisation du parc et de construction d’un centre multifonctionnel avec bibliothèque aura reçu le soutien financier des instances gouvernementales et de donateurs privés, un concours d’architecture pluridisciplinaire sera lancé au printemps 2021. Les appels d’offres de réalisation permettront ensuite de définir l’enveloppe financière finale du projet.
 
Le parc Centennial et la propriété Lord Reading sont deux sites publics exceptionnels situés au bord de l’eau, très fréquentés de la population.
 
« Ce projet est le résultat d’une initiative communautaire compréhensive et collaborative. Il respecte les vœux de la population qui tient à ce que le plus grand parc riverain de la Ville soit revitalisé et demeure accessible, fréquenté, animé et apprécié par toute la communauté », conclut le maire Bourelle.
 
Le 10 septembre 2020 – L’étude d’avant-projet préliminaire commandée par le ministère des Transports du Québec (MTQ) pour la réalisation de l’écran antibruit de 5 kilomètres au sud de l’autoroute 20 à Beaconsfield projette une augmentation des coûts de 127%, soit de 20,5 à 46,6 M$.
 
« Il s’agit d’une augmentation substantielle alors que le MTQ en est seulement à l’étape de l’étude d’avant-projet préliminaire. Or, il y a cinq ans, le ministre à l’époque avait garanti qu’il n’y aurait pas de dépassement de coûts et que le budget serait respecté », rappelle le maire Georges Bourelle.
 
En 2015, la Ville avait obtenu du ministre en titre une entente avantageuse où la participation financière municipale devait être d’environ 5 M$ au total, soit 25 % des coûts de réalisation. « Il s’agissait déjà d’un engagement majeur pour notre Ville, compte tenu de l’importance relative de notre budget pour une telle dépense », précise le maire.
 
Le maire Bourelle maintient depuis le début de ce dossier, compte tenu de ses enjeux sanitaires, géographiques et financiers, que la population doit être consultée et doit approuver la participation financière de la Ville à ce projet. C’est encore plus important aujourd’hui : « Avec l’explosion des coûts, l’enjeu de l’accessibilité sociale du projet sera encore plus grand », estime le maire.
 
Un sondage réalisé auprès de la population par une firme indépendante reconnue a montré que la communauté est très divisée sur la pertinence du mur et le partage des coûts entre les quartiers. 
 
L’étude d’avant-projet préliminaire montre que le mur, haut de 4 à 4,5 mètres, érigé d’est en ouest, permettra une réduction du bruit variant de 7 à 13 décibels. Les niveaux actuels passent de 63 à 71 décibels sur 24 heures. Le ministère reconnaît à travers sa Politique sur le bruit routier du ministère, adoptée en 1998, une part de responsabilité en ce qui concerne la pollution sonore générée par la circulation routière. Le MTQ s’engage à intervenir si la réduction anticipée par les mesures d’atténuation est d’au moins 7 décibels.
 
Afin de toujours garantir un processus décisionnel transparent, le maire Bourelle et les membres du conseil municipal demanderont aux dirigeants du MTQ de faire une présentation officielle du projet en séance publique lorsque le rapport final sera complété.
 
Le 25 juin 2020 – La Ville de Beaconsfield protège par protêt légal, comme en février dernier, son deuxième versement de quote-part à l’Agglomération de Montréal afin de récupérer les millions de dollars perçus en trop par la Ville de Montréal auprès des citoyennes et citoyens de Beaconsfield.
 
« Des millions de dollars sont perçus en trop chaque année à l’encontre de nos citoyennes et citoyens. Ce ne sont plus des taxes pour des services rendus, mais des factures gonflées par Montréal au détriment de l’équité et la justice », déplore de nouveau le maire Georges Bourelle, qui assume aussi la vice-présidence de la Commission sur les finances et l’administration de l’Agglomération de Montréal.
 
Alors qu’approche l’échéance du 31 août de l’arrêté ministériel concernant la révision du calcul des versements pour les services régionaux des villes liées à l’Agglomération de Montréal, la Ville de Beaconsfield garantit ses recours légaux par ce versement sous protêt.
 
Cet arrêté ministériel du 18 décembre 2019 invite les municipalités liées à en arriver à une entente d’ici le 31 août. Or, l’intervention de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, n’a pas permis jusqu’à maintenant de faire avancer les pourparlers avec l’administration de la mairesse Valérie Plante pour régler les nombreux contentieux concernant les quotes-parts versées pour les services régionaux sur l’île de Montréal.
 
« Il n’y a eu aucun développement de la situation en six mois malgré l’invitation formelle par arrêté ministériel de la ministre Laforest. La Ville de Montréal fait obstruction par des propositions qui, dans les faits, constituent un placébo de solution, une illusion de règlement. La réalité, c’est que les iniquités demeurent entières. L’administration de Montréal ne change rien à la situation parce qu’elle est la seule qui en bénéficie et impose les sommes à payer, sans consultation ni considération », rappelle M. Bourelle.
 
En plus, l’administration de Montréal utilise deux méthodes financières différentes à l’Agglomération pour y réduire sa contribution et y augmenter ses revenus. Quand il est question de revenus, elle en conserve 87 % en fonction de sa représentation démographique, mais paie en fonction de son potentiel fiscal, soit 82 %. Les villes liées, dont Beaconsfield fait partie, paient alors 18 % des factures, mais ne reçoivent que 13 % des revenus.
 
Les formules de partage des coûts appliquées par la Ville de Montréal à l’Agglomération sont inadaptées, désuètes et les injustices ne sont pas corrigées en toutes connaissances de faits, dit le maire Bourelle.
 
Beaconsfield paye, en 2020, sans aucune augmentation de services, une hausse de 11 % de sa contribution à l’Agglomération alors que les quotes-parts générales ont plutôt augmenté de 0,7 %. Cette seule distorsion des méthodes complexes de calcul des quotes-parts coûte deux millions de dollars en plus aux 20 000 citoyennes et citoyens de Beaconsfield cette année.
 
« Selon l’arrêté ministériel, il ne reste que deux mois pour régler ces problèmes complexes. Il faut établir des solutions pérennes qui, pour éviter des distorsions pénalisantes pour les contribuables, devront s’appliquer progressivement sur plusieurs années », conclut M. Bourelle.
 
 
 
Maire Bourelle rondLe 11 juin 2020 –  À Beaconsfield, nous vivons dans une communauté où le respect et les droits fondamentaux de la personne font partie de nos valeurs au quotidien. Nous nous devons, tous les jours, d’en apprécier la réalité, de la défendre afin de la perpétuer pour le bien-être des générations actuelles et futures. 
 
Les manifestations contre le racisme qui secouent la planète entière depuis deux semaines, à la suite du meurtre de l’américain George Floyd lors de son arrestation par quatre policiers à Minneapolis, dénoncent une violence inacceptable à l’égard de tout être humain.
 
Les chartes des droits constituent le fondement de la justice, de la liberté et de la paix dans notre société. Toutes les formes de violence et de discrimination sont à dénoncer, à bannir et à punir. Les services de l’ordre doivent veiller à ce que leurs représentants et représentantes soient systématiquement sensibilisés à ces enjeux sociétaux pour contrer toute brutalité et tout profilage. 
 
Les manifestations actuelles contre le racisme nous rappellent qu’il faut être conscients que la discrimination existe même quand elle nous affecte peu ou pas dans notre vie au quotidien. Il s’agit malheureusement d’une réalité tenace. Il faut être sensibles à la détresse qu’elle cause. Il faut être vigilants et attentifs à tous les indices et aux gestes qui l’abritent et la camouflent subtilement. Il faut se lever et agir pour qu’ils cessent.
 
À Beaconsfield, nous avons adopté ces dernières années des politiques pour contrer la violence et le harcèlement en milieu de travail. Le respect de la personne et de ses droits est fondamental, qu’il soit question de race, de couleur, de genre, d’âge, de l’état civil, de religion, de convictions politiques, de langue, d’origine ethnique ou nationale, de condition sociale, d’orientation sexuelle, de grossesse ou de handicap. 
 
En fait, tout ce qui nous différencie est une marque de reconnaissance pour la richesse de la diversité que nous formons. Ensemble, nos différences forment un tout, forment une société où la compréhension et la tolérance sont à la fois ce qui nous rassemble, nous différencie et nous unit.
 
Les manifestations pour que cesse le racisme systémique et personnel nous rappellent que les droits et libertés sont, de tous les temps, à protéger. Il faut écouter celles et ceux qui dénoncent les injustices. Il faut comprendre et il faut, surtout, agir pour y mettre fin.
 
Si vous êtes témoins ou victimes de discrimination ou de violence, je vous invite à agir dans le respect des règles pour obtenir de l’aide et que celles et ceux qui en ont besoin peuvent l’obtenir. Ceux et celles qui agissent au mépris du respect des autres doivent être interpellés par les autorités.
 
Pour bâtir un monde meilleur, personne ne doit être exclu tout comme personne ne doit faire semblant de ne pas voir ce qui déplaît. Il faut agir, ensemble, pour que cela cesse. Nous avons toutes et tous des responsabilités pour bâtir un monde que nous voulons toujours meilleur.
 
 
 
 
 
SECBenchmarkFRQUEST et Pollution Probe ont lancé l'outil de référence pour les collectivités écoénergétiques. L’outil de référence mesure où une communauté se situe par rapport aux pratiques exemplaires canadiennes sur dix mesures qui, prises ensemble, constituent les caractéristiques essentielles d'une collectivité écoénergétique.
 
La Ville de Beaconsfield était l'une des neuf communautés pilotes ayant participé à l'outil de référence. La Ville est fière d'avoir mis à contribution son expérience et son expertise à ce nouvel outil qui aidera d'autres municipalités du Canada dans leur parcours vers une écoénergie intelligente.
 
Consultez le communiqué de QUEST (disponible en anglais seulement) : https://questcanada.org/project/introducing-the-smart-energy-communities-benchmark/
 
Voici l'Outil de référence Collectivités écoénergétiques : https://smartenergycommunities.ca/fr/highlights/
 
211Un service d’information et référence disponible 7 jours par semaine, de 8 h à 18 h, 365 jours par année qui sera, à terme, ouvert 24 heures par jour.
 
Le 211 rend également disponible sur le web toutes les informations sur les ressources sociocommunautaires. Toutes les informations sur les sites 211 sont mises à jour annuellement en collaboration avec les organismes.
 
Le 211 est  un éclaireur auprès des gouvernements et décideurs, qui par l’analyse des statistiques d’appels et de fréquentation du site Web, permet de suivre l’évolution des besoins sociaux et de déterminer les ressources manquantes pour y répondre.
 
Le  service 211 permet de combattre la pauvreté et l’exclusion sociale, en permettant aux gens aux prises avec des besoins sociaux non urgents d’être informés rapidement sur les ressources sociocommunautaires de proximité qui leur viendront en aide, et donc de pouvoir trouver les solutions pour se sortir d’une situation précaire
 
Le 211 est un service gratuit et grandement accessible notamment pour les personnes démunies, aînées et les nouveaux arrivants 
 
 

sewer grate 2sewer grate rectLe service des Travaux publics a remarqué que certaines conduites d’égouts dans votre secteur sont bloquées par l’accumulation de petites branches et autres menus débris qui ne peuvent s’y retrouver que par une insertion volontaire dans les trous des regards.  Récemment, l’accumulation de ces débris a causé de nombreux refoulements d’égouts.

Nous sollicitons votre coopération pour enrayer ce problème récurrent dans votre secteur en vous demandant d’informer vos enfants et qui conque vous pourriez apercevoir insérer des débris dans les trous des regards des conséquences de cette pratique.

Nous vous remercions de votre collaboration.

 

Accueil réservé des citoyens autant pour son utilité que pour son financement

Le 20 novembre 2015 – Les citoyens de Beaconsfield sont réservés autant au sujet de l’utilité de l’installation d’un mur antibruit au sud de l’autoroute 20 que sur son mode de financement, malgré l’offre d’exception faite par le ministre des Transports, Robert Poëti, pour le réaliser.

C’est ce que révèle un sondage Léger Marketing réalisé auprès de 600 adultes résidents à Beaconsfield, du 16 au 23 octobre derniers, dont les résultats ont été pondérés par le sexe, l’âge, le statut de propriétaire-locataire et le district de résidence. Une telle recherche reflète la position de l’ensemble des citoyens autant sur la pertinence du projet que la manière de le financer. Les résultats comportent une marge d’erreur de 4 %, et ce, 19 fois sur 20.

« Nous avons fait réaliser ce sondage pour bien connaître la position de l’ensemble de la population pour ce projet. Ce que nous constatons confirme la prudence avec laquelle nous abordons ce dossier depuis le début », explique le maire Georges Bourelle.

Les résultats du sondage montrent que la « majorité des citoyens ne semblent pas convaincus de la nécessité du mur antibruit […] parce qu’ils doutent de son efficacité, de son esthétisme ou désapprouvent les coûts engendrés pour réaliser le projet, analyse le sondeur.

« Cette première étape de consultation nous permet de bien cadrer les enjeux à considérer pour donner suite ou non à l’offre ministérielle. Nous adressons maintenant les formules de financement et de consultation pour veiller à ce que la décision soit prise en toute transparence, dans le cadre d’un exercice démocratique respectueux des uns et des autres », ajoute le maire.

Le ministre des Transports, Robert Poëti, a récemment proposé d’assumer 75 % des coûts du projet au lieu de la moitié. Malgré cette offre d’exception, Beaconsfield devrait assumer environ 5 millions de dollars.

Les résultats du sondage démontrent que dans les trois quartiers qui sont les plus rapprochés de l’autoroute 20, la problématique sonore causée par la voie rapide affecte tout juste une majorité des répondants alors que dans les trois autres districts, les répondants disent être peu ou pas affectés.

Pour ceux qui s’opposent au projet, les deux principales raisons évoquées sont les coûts (53 %) et le fait qu’ils ne sont pas directement concernés par les bruits générés par les véhicules sur l’autoroute (46 %).

Cette dynamique est encore plus prononcée quand est soulevée la question des coûts. Les districts les plus impactés souhaitent un partage général des frais tandis que ceux qui le sont moins ou pas estiment que les frais devraient être assumés par les propriétaires affectés.

Cliquez ici pour consulter le sondage et ses résultats (PDF)

 

La Ville de Beaconsfield a un système d'appels automatisés, CodeRED, afin d'être en mesure d'aviser les citoyens en cas d'urgence. Il s'agit d'un système efficace qui permet de rejoindre un très grand nombre de personnes en très peu de temps et qui pourra être déployé dans un secteur précis, même une rue, si, par exemple, un bris d'aqueduc forçait une interruption de l'alimentation en eau potable. Dans d'autres cas, les autorités pourraient y avoir recours lors d'un accident environnemental, d'une fuite de gaz, ou d'autres situations d'urgence. L'avis pourrait alors inclure des consignes à suivre.

Votre numéro de téléphone est confidentiel, vous possédez seulement un cellulaire ou vous avez emménagé au cours des derniers mois ?
La base de données du système CodeRED contient présentement les numéros de téléphone des lignes terrestres sur notre territoire. Lors d'une situation d'urgence, les citoyens sont avisés grâce à un appel téléphonique soit à la maison, soit sur le cellulaire, ou aux deux numéros. Si votre numéro de téléphone n'est pas inscrit, vous ne recevrez pas d'appel. Le système d'appels automatisés CodeRED offre aux individus et aux entreprises la possibilité d'ajouter leurs propres numéros de téléphone résidentiels ou cellulaires directement dans la base de données du système. Cette procédure est possible via notre site web en cliquant sur le bouton CodeRED.

Affichage de l'appelant

Lorsque vous voyez le numéro 866 419-5000 sur votre afficheur, vous saurez que l'appel provient de la Ville. Si vous souhaitez entendre le dernier message qui a été livré sur votre ligne téléphonique, composez ce numéro à nouveau.

Ce projet vient bonifier d'autres procédures déjà établies dans le plan des mesures d'urgence de la Ville pour assurer une meilleure efficacité lors des situations d'urgence.